Boxe: un tournoi «dégueulasse»

L'Association internationale de boxe amateur reconnait qu'« une poignée » de... (Photo Peter Cziborra, Reuters)

Agrandir

L'Association internationale de boxe amateur reconnait qu'« une poignée » de décisions lors du tournoi olympique n'étaient pas à la hauteur, mais elle a fait savoir qu'elle n'en renversera aucune.

Photo Peter Cziborra, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rio de Janeiro) Mike Moffa s'est rendu à Rio dans le but de voir sa boxeuse Ariane Fortin réaliser son rêve olympique. Mais l'entraîneur de boxe a plutôt vu le sport qu'il aime entaché par des décisions douteuses et des accusations de corruption.

« C'est le tournoi où j'ai vu le plus de vols de ma vie. Des gros vols », déplore Moffa.

Le tournoi de boxe olympique est devenu un tel fiasco que plusieurs juges et arbitres ont été renvoyés chez eux hier par leur fédération.

La décision de l'Association internationale de boxe amateur (AIBA) ne changera toutefois rien pour les boxeurs lésés. Même si l'AIBA reconnaît qu'« une poignée » de décisions n'étaient pas à la hauteur, elle annonce qu'elle n'en renversera aucune.

Fortin a perdu son premier combat à Rio contre une boxeuse kazakhe à la suite d'une décision controversée. Mais d'autres combats ont suscité encore plus d'émoi, notamment la victoire du Russe Evgeny Tishchenko aux dépens du Kazakh Vassiliy Levit, que tous voyaient gagnant.

« Même si j'ai encore du mal à digérer la décision du combat d'Ariane, elle, c'était un petit vol. Mais il y a eu des gros vols », lance Moffa.

« Les pays qui doivent être punis, ils perdent. Les pays qui doivent gagner, ils gagnent. L'Irlande par exemple, elle doit perdre. C'est de la politique. »

L'entraîneur montréalais a une liberté de parole que d'autres n'ont pas dans l'entourage de Fortin, puisqu'il ne fait pas partie de l'équipe canadienne. Il a regardé sa boxeuse des gradins dimanche à l'aréna Riocentro.

« Des fois, on pleure parce que nos filles se font voler. Mais là je parle de filles qui ne sont pas Canadiennes. La Kazakhe qui a battu Ariane vient de battre une Marocaine [hier]. Elle n'a pas gagné un round. Mais elle vient de gagner à l'unanimité. Je n'en reviens pas », lance Mike Moffa.

Larouche: «Ça fait mal au sport»

L'entraîneur Stéphan Larouche est lui aussi mal à l'aise avec la manière dont le tournoi se déroule. Larouche est à Rio pour repérer des espoirs à recruter. Ce qu'il a vu, il le craint, fait mal paraître la boxe.

« Ce sont les troisièmes Jeux olympiques que je vois. Ici, il y a de mauvaises décisions complètement flagrantes. C'est ça qui fait mal au sport, dit Larouche. Ce qui retient l'attention, ce sont ces quelques combats. Si tu mettais cinq juges sans aucune formation, qui n'ont jamais vu un combat de boxe, ils seraient capables de trouver le vrai gagnant dans ces combats-là. C'est à ce point-là. Il y a eu des combats comme ça. »

« On n'est pas fiers de ce qui se passe dans notre sport présentement. C'est la plus grande vitrine, tout le monde nous regarde. La boxe, c'est un très beau sport... quand c'est le bon boxeur qui gagne. »

L'AIBA a annoncé sa décision de renvoyer des officiels dans un communiqué, sans dévoiler leur identité. Dans le même communiqué, la fédération se défend des accusations de corruption lancées contre elle dans les derniers jours. Elle affirme même être prête « à recourir à tous les moyens, même légaux », pour répondre à ceux qui accusent ses officiels d'être achetés.

Le boxeur irlandais et champion du monde Michael Conlan a fait la sortie la plus remarquée. « Je pense que la boxe est morte. C'est maintenant celui qui paye le plus qui gagne », a-t-il dit mardi après sa défaite par une décision douteuse.

Le journal britannique The Guardian publiait le 1er août un article sur la corruption alléguée à l'AIBA. Des sources anonymes à l'intérieur de la fédération disaient craindre que des juges se laissent acheter à Rio. L'AIBA a répondu que ces accusations étaient sans fondement.

La fédération a beau protester, la boxe sortira de Rio éclaboussée. Mike Moffa va quant à lui revenir à Montréal et recommencer à former des boxeurs amateurs. N'est-il pas découragé par ce qu'il a vu à ces Jeux ?

« C'est décourageant, c'est dégueulasse. Ce n'est pas toujours le meilleur athlète qui gagne la médaille d'or, dit Moffa. Mais on ne peut pas abandonner la boxe, abandonner notre sport pour ça. C'est décourageant. Mais on continue, on tourne la page et on espère que les choses vont changer. Il faut que ça change pour le bien de la boxe. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer