L'éclosion d'Alex Galchenyuk se confirme

À ses 39 dernières rencontres, Alex Galchenyuk a... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

À ses 39 dernières rencontres, Alex Galchenyuk a amassé 22 buts et 18 aides, une production qui équivaut à une récolte de 84 points, transposée sur une saison de 82 matchs.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne

Ça semble maintenant officiel: les dirigeants d'Équipe Amérique du Nord lors de la récente Coupe du monde de hockey se sont trompés au sujet d'Alex Galchenyuk.

Après une éclatante fin de campagne en 2015-2016, dans un contexte où son équipe n'avait cependant plus d'enjeu véritable sauf celui de conclure sur une note positive, Galchenyuk a repris en 2016-2017 là où il a laissé.

En vertu de sa récolte de six buts et 12 passes en 17 rencontres, l'attaquant de 22 ans trône au sommet du classement chez le Canadien.

Avant les matchs de jeudi soir, il occupait même le sixième échelon chez les marqueurs dans la Ligue nationale, à égalité avec Patrick Kane des Blackhawks de Chicago et Vladimir Tarasenko des Blues de St. Louis, deux super-vedettes du circuit Bettman. Il n'accusait que trois points de retard sur les meneurs, Nikita Kucherov du Lightning de Tampa Bay et Mark Scheifele des Jets de Winnipeg.

En fait, à ses 39 dernières rencontres, Galchenyuk a amassé 22 buts et 18 aides, une production qui équivaut à une récolte de 84 points, transposée sur une saison de 82 matchs.

Dans le revers contre les Panthers de la Floride mardi soir, Galchenyuk a inscrit un point dans un sixième match consécutif, un sommet personnel en carrière.

«Je regarde sa courbe de progression, et on aime ce que l'on voit, a noté l'entraîneur-chef Michel Therrien jeudi midi. On continue de travailler avec lui. Il est encore très jeune. Cette saison, c'est la première année que l'on envisageait de le mettre dans cette position parce qu'on a vu sa courbe de progression, et jusqu'à maintenant, il réagit très bien. Mais on est tous conscients qu'il a des choses à améliorer, ce qui est tout à fait normal.»

Ce qui pourrait étonner dans le cas de Galchenyuk, c'est le fait qu'il se classait au quatrième rang parmi les attaquants de la LNH, jeudi matin, avec un ratio défensif de plus-12.

«Ses habiletés, sa rapidité, sa compréhension du jeu s'améliorent, renchérit Therrien lorsque vient le temps de décrire les facettes où il a réalisé des progrès significatifs. C'est plaisant de travailler avec un jeune que tu as au sein de ton organisation depuis x nombre d'années et de le voir progresser tous les ans. C'est très encourageant.»

Le déblocage a commencé le 24 février 2016 lorsque Galchenyuk a inscrit deux buts, dont le filet victorieux, dans un gain surprise de 4-3 du Canadien à Washington.

Une semaine plus tard, Galchenyuk apprenait qu'il ne faisait pas partie de la première sélection d'Équipe Amérique du Nord, une décision que le jeune américain ne semble pas avoir oubliée. D'ailleurs, à compter de cette date, Galchenyuk a récolté 13 buts et six mentions d'aide en 19 rencontres et connu cinq matchs lors desquels il a marqué deux fois.

Malgré cette poussée de fin de saison, Galchenyuk a de nouveau été laissé de côté lorsque le directeur général Peter Chiarelli a ajouté les sept joueurs manquant à sa formation.

«Le seul moment où je me suis senti un peu frustré, c'est lors de la première sélection au milieu de la saison, rappelle Galchenyuk à ce sujet. J'ai fait ce que je devais faire pour démontrer que c'était une erreur et pour me prouver que je devrais faire partie de l'équipe. Le reste ne m'appartenait pas.»

Galchenyuk donne l'impression de vouloir continuer sur cette lancée, et il ne laisse rien au hasard. Plus tôt cette saison, on l'a vu se présenter au Complexe sportif Bell de Brossard lors de séances d'entraînement optionnelles. Jeudi midi, il a été l'un des derniers à quitter la patinoire.

«Je demeure très affamé et j'essaie d'être performant soir après soir. C'est à cela que je pense. Tous les joueurs dans la LNH travaillent fort, tous les joueurs possèdent un talent spécial et je dois m'assurer que j'améliore mes habiletés jour après jour. Je ne dois jamais être satisfait et je dois continuer de travailler.»

Radulov à la maison

Inactif mardi soir face aux Panthers de la Floride, l'attaquant Alexander Radulov brillait par son absence lors de la séance d'entraînement du Canadien jeudi à Brossard.

Selon ce qu'a rapporté le Tricolore mardi, Radulov est aux prises avec un virus.

L'entraîneur en chef Michel Therrien a confirmé que Radulov ne sera pas du voyage de l'équipe vers Raleigh, où le Canadien affrontera les Hurricanes de la Caroline vendredi soir.

Il pourrait cependant revenir au jeu samedi soir lors de la visite des Maple Leafs de Toronto.

Blessé au haut du corps, l'attaquant Artturi Lehkonen a patiné en solitaire avant l'entraînement de l'équipe. Therrien espère qu'il sera de retour au jeu la semaine prochaine.

Therrien a aussi confirmé que Al Montoya affrontera les Hurricanes. Il disputera donc un septième match cette saison et un sixième à l'étranger.

En fin de journée, le Tricolore a annoncé le rappel de l'attaquant Charles Hudon des IceCaps de St. John's, dans la Ligue américaine.

L'athlète de 22 ans est le meilleur buteur de la LAH, avec neuf filets en 14 matches.

Choix de cinquième tour du Canadien en 2012, Hudon a disputé trois matches avec le CH la saison dernière, récoltant deux passes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Alexander Radulov ne jouera pas en Caroline

    Hockey

    Alexander Radulov ne jouera pas en Caroline

    Après une journée de congé, le Canadien était de retour à l'entraînement jeudi en vue de son match de vendredi soir en Caroline. Toujours incommodé... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer