• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Boucher soutient que la vitesse sera la clé pour les Sénateurs 

Boucher soutient que la vitesse sera la clé pour les Sénateurs

Guy Boucher est reconnu pour son intensité et... (PHOTO PC)

Agrandir

Guy Boucher est reconnu pour son intensité et ses succès sur les unités spéciales.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lisa Wallace
La Presse Canadienne
Ottawa

Avec un nouveau directeur général et un nouvel entraîneur-chef en poste, les Sénateurs d'Ottawa souhaitent laisser leurs vieilles habitudes derrière eux et retourner en séries en 2016-17.

Les Sénateurs ont effectué des changements importants pendant la saison morte après avoir raté leur qualification pour les séries le printemps dernier. Pierre Dorion a remplacé Bryan Murray comme directeur général et ses premières décisions majeures ont été l'embauche de Guy Boucher comme entraîneur-chef et l'acquisition de Derick Brassard des Rangers de New York en retour de Mika Zibanejad. Il a aussi rapatrié le vétéran Chris Kelly via le marché des joueurs autonomes.

Âgé de 45 ans, Boucher est reconnu pour son intensité et ses succès sur les unités spéciales.

La saison dernière, les Sénateurs ont terminé en 26e position en avantage numérique et en 29e position en infériorité numérique. Ils ont accordé le premier but dans 51 matchs et ont été dominés au chapitre des tirs dans 60 rencontres, affichant aussi la deuxième plus haute moyenne de lancers concédés par match (31,8).

Pour Boucher, le message est clair. L'équipe devra imposer son rythme et réussir des transitions rapides.

«Nous devons utiliser notre vitesse et bien s'appuyer, nous ne devons pas nous éparpiller sur la glace, a-t-il dit. Il faut s'appuyer, peu importe où nous sommes sur la patinoire: en zone défensive, en zone neutre et en zone offensive. Nous voulons donc du jeu rapide, des transitions rapides, une mentalité de meute en défensive. Il faut toujours un joueur à cinq pieds de l'autre.

«Nous voulons être une équipe qui attaque dans l'enclave, qui ne reste pas en périphérie. Nous devons nous frayer un chemin dans les zones dangereuses. C'est ce que nous voulons devenir et allons devenir, mais ce n'est que le début et nous aurons besoin de temps pour tout mettre en place.»

L'acquisition de Brassard ajoute de l'expérience et du leadership à l'équipe et les Sénateurs espèrent que les choses cliqueront entre l'ailier Bobby Ryan et lui. Dans un monde idéal, Ryan redeviendrait un marqueur de 30 buts, ce qu'il n'a pas accompli depuis sa dernière saison complète avec les Ducks d'Anaheim, en 2011-12.

Avec les Sénateurs, Ryan a connu des campagnes de 23, 18 et 22 buts. Brassard et Ryan ont bien fait ensemble au cours du camp.

«Je pense qu'il est un fabricant de jeu naturel, a dit Ryan au sujet de Brassard. J'ai souvent joué contre lui et je connaissais un peu son jeu, alors j'essaie de me placer là où il va regarder et ça semble fonctionner jusqu'ici.»

La question est de savoir qui complètera ce trio sur le flanc gauche. Puisque Clarke MacArthur souffre d'une commotion cérébrale, Boucher doit trouver une solution. Zack Smith devrait être à la gauche de Brassard quand les Sénateurs amorceront leur saison mercredi, face aux Maple Leafs de Toronto.

Le premier trio des Sénateurs est bien établi avec Mike Hoffman, Kyle Turris et Mark Stone, mais le reste demeure en construction. Curtis Lazar souffre d'une mononucléose et Boucher doit tenter des expériences.

Jean-Gabriel Pageau et Tom Pyatt sont les ancres du troisième trio, tandis que Chris Neil et Kelly travailleront ensemble sur la quatrième unité. Ryan Dzingel, Phil Varone et Matt Puempel auront la chance de faire leur place en attendant le retour au jeu de Lazar.

Du côté de la défensive, les Sénateurs pourront compter sur Dion Phaneuf pour une première saison complète, lui qu'ils ont acquis des Maple Leafs en février dernier. Erik Karlsson est toutefois toujours la grande vedette de l'équipe.

Thomas Chabot va commencer la saison avec les Sénateurs, mais le jeune de 19 ans devra prouver qu'il peut maintenir un bon niveau de jeu malgré le calendrier chargé de la LNH.

Pendant que les Sénateurs se familiarisent avec le système de jeu de Boucher, le gardien Craig Anderson devra effacer les erreurs de ses coéquipiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer