• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Seth Jones à propos de Shea Weber: «Il a été très important pour moi» 

Seth Jones à propos de Shea Weber: «Il a été très important pour moi»

Seth Jones a joué pendant plus de deux saisons... (Photo Aaron Doster, archives USA TODAY Sports)

Agrandir

Seth Jones a joué pendant plus de deux saisons avec Shea Weber.

Photo Aaron Doster, archives USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré l'accueil mitigé que le public montréalais a réservé à la transaction qui a envoyé P.K. Subban à Nashville contre Shea Weber, le nouveau venu du Canadien a reçu sa part d'éloges au cours de l'été.

Parmi les qualités de Weber, on entend souvent les intervenants du hockey vanter la puissance de son tir frappé. Mais c'est là quelque chose de quantifiable, qui a même été mesuré à 108 milles à l'heure lors des deux derniers matchs des Étoiles. Les 58 buts qu'il a marqués au cours des trois dernières saisons sont un autre témoignage éloquent.

Son intimidante présence physique est aussi souvent soulignée. Dans ce cas aussi, les données sont relativement tangibles : charpente de 6 pi 4 po, 236 lb, 169 mises en échec distribuées l'an dernier... Les amateurs de statistiques ajouteront le chiffre 2, pour le nombre de côtes que Weber a fracturées à Andrew Shaw dans un match entre les Blackhawks de Chicago et les Predators de Nashville.

On parle aussi souvent du leadership de Weber. Mais mis à part le « C » qu'il portait à Nashville, et le « A » qu'il portera avec Équipe Canada à la Coupe du monde, puis chez le Canadien, les preuves concrètes de ses qualités de meneur sont rares. Le leadership est une qualité bien difficile à cerner, surtout de l'extérieur du vestiaire.

Mais Seth Jones, lui, a tenté tant bien que mal d'illustrer de façon concrète à quoi peut ressembler cette force tranquille qu'est Shea Weber. Jones a en effet joué pendant plus de deux saisons avec Weber à Nashville, jusqu'à ce que les Predators envoient le jeune défenseur aux Blue Jackets de Columbus, en janvier dernier. À son arrivée au Tennessee, Jones avait même été hébergé par Weber.

« Il a été très important pour moi, il m'a montré beaucoup de choses pour que je devienne un professionnel, un bon défenseur dans cette ligue », a expliqué Jones, rencontré hier au Centre Bell après l'entraînement de l'équipe de l'Amérique du Nord en vue de la Coupe du monde.

Un groupe impressionnant

Depuis plusieurs années, le groupe de défenseur des Predators faisait saliver bien des directeurs généraux.

La saison dernière, ce groupe jouissait d'une telle profondeur que Jones, 4e choix au total en 2013, était relégué au troisième duo. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il était logique pour David Poile de l'échanger pour obtenir du renfort au centre.

Selon Jones, Weber était le pilier de ce groupe d'arrières.

« Une ou deux fois par mois, on se faisait un souper où il y avait seulement les défenseurs et les gardiens [des Predators]. Il y avait des choses comme ça qui contribuaient à unir le groupe, et c'est lui qui amenait l'idée, c'était lui qui disait : faisons ce souper. Et les gars embarquaient.

« Je ne suis pas le seul à avoir reçu son aide. Quand je suis arrivé à Nashville, on était plusieurs jeunes. Il était bon pour nous enseigner et pour mener par l'exemple. »

Jones fait ici référence à Roman Josi, Ryan Ellis et Mattias Ekholm, qui ont tous 25 ou 26 ans, et qui formeront le noyau de la défense à Nashville la saison prochaine, avec un certain Subban.

« Ekholm, Ellis et Josi étaient encore assez jeunes quand je suis arrivé à Nashville. Regardez où ils sont rendus ! Josi est dans les cinq meilleurs défenseurs de la LNH. Ekholm et Ellis forment un des meilleurs deuxièmes duos de la LNH. Et ils ont P.K. en plus ! »

Selon Jones, il ne fait aucun doute que Weber aura un impact positif sur sa nouvelle équipe. « Il porte déjà un A. Ça en dit long sur un gars quand, dès sa première année avec une nouvelle équipe, il porte une lettre. Ça en dit long sur ce qu'il est en tant que personne. »

Évidemment, les commentaires de Jones ne feront rien pour rassurer les plus sceptiques, qui soulignent que Weber a commencé à ralentir, statistiques avancées à l'appui. À cet égard, la Coupe du monde donnera aux amateurs une première occasion d'observer la nouvelle acquisition du Canadien de plus près, et de commencer à se forger une opinion.

À plus long terme, il sera intéressant de voir si Weber aura un tel impact sur les Nathan Beaulieu, Greg Pateryn et Mikhail Sergachev de ce monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer