Les Penguins réalistes après leur élimination

Les Penguins de Pittsburgh ont franchi l'automne avec... (Photo Julie Jacobson, AP)

Agrandir

Les Penguins de Pittsburgh ont franchi l'automne avec vigueur, mais ont piétiné pendant l'hiver et un printemps beaucoup trop bref.

Photo Julie Jacobson, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Will Graves
Associated Press
PITTSBURGH

Sidney Crosby ne cherchait pas des excuses; il ne faisait que déclarer l'évidence.

Les Penguins de Pittsburgh ont franchi l'automne avec vigueur, mais ont piétiné pendant l'hiver et un printemps beaucoup trop bref. Les visages, la cadence et les résultats ont changé lorsque les problèmes de santé se sont manifestés, à commencer par le cancer du défenseur Olli Maatta, sans jamais cesser.

«Habituellement, vous connaissez une séquence de blessures et vous finissez pas vous replacer, a fait remarquer le capitaine des Penguins. On n'a jamais vraiment réussi à traverser (la nôtre). Elle a couvert la fin de la saison et les séries.»

L'écart entre les Penguins et les Rangers de New York n'aura été grand que dans le résultat final - une victoire en cinq matchs des lauréats du Trophée des Présidents lors de la première ronde des séries. Pourtant, les deux formations ont disputé 17 périodes de hockey intense et serré. Les quatre gains des Rangers sont survenus par le même score, 2-1. Un bond ici, un autre là, et le scénario aurait pu être différent.

Les Penguins ont titubé vers les séries éliminatoires sans l'apport de Mattaa, des défenseurs Kristopher Letang et Christian Ehrhoff et de l'attaquant Pascal Dupuis. Ça complique la tâche d'une formation qui cherche à surprendre les détenteurs du meilleur dossier dans la ligue.

Voilà maintenant que l'équipe de la Pennsylvanie se dirige vers une entre-saison plus longue que ce qu'elle avait anticipé, et qui pourrait mener à un autre été de bouleversements.

«Vous regardez comment se comportent vos joueurs et il y a une limite à ce que vous pouvez leur demander, a rappelé l'entraîneur-chef Mike Johnston. Vous leur demandez de batailler, d'être compétitifs et de bien jouer défensivement. Dans ces facettes, nous avons été très bons pendant les séries. Avec tous ces matchs de 2-1, la marge est très mince.»

Après l'élimination des Penguins aux mains des Rangers l'an dernier, l'organisation a congédié le directeur général Ray Shero et l'entraîneur-chef Dan Bylsma, et embauché Johnston et le directeur général Jim Rutherford pour apporter les ajustements nécessaires. Rutherford a effectué de nombreux changements au sein de la formation, mais après un fort début de saison, les Penguins ont passé les cinq derniers mois à essayer de trouver des joueurs en santé.

L'équipe a aussi été aux prises avec une éclosion d'oreillons et une difficulté à produire en attaque avec régularité.

Les Penguins ont dû se contenter du 19e rang pour le nombre de buts marqués, même si Crosby et Evgeni Malkin ont terminé parmi les 20 premiers au classement des pointeurs. Lors de leurs 20 dernières rencontres, les Penguins ont marqué plus de quatre buts une seule fois. Et bien que le gardien Marc-André Fleury a fait de son mieux pour garder ses coéquipiers au plus fort de la lutte contre les Rangers, ce ne fut pas suffisant.

«Lorsque nous avons amorcé les séries, nous avons mis la saison derrière et nous nous sommes dit «Voilà où nous sommes en ce moment, et nous avons une difficile série devant nous', a mentionné Johnston, à qui il reste une année à son contrat. Je suis d'avis que nous avons bien réagi lors de la série.»

Il reste qu'il y a maintenant six ans que Crosby et les Penguins ont pris part à un défilé dans les rues de Pittsburgh, et l'équipe fera face à plusieurs décisions au cours de l'été. C'est notamment le cas avec le défenseur Paul Martin, qui pourrait devenir joueur autonome à compter du 1er juillet. Peut-être que le copropriétaire Mario Lemieux jugera que le temps est venu de passer un grand coup de balai. À moins que l'équipe ne conserve le noyau actuel et les mêmes attentes élevées.

«Je suis sûr qu'il y aura beaucoup à dire, a reconnu le centre Brandon Sutter. Mais en tant que joueurs, nous ne nous ferons pas de soucis à ce sujet. Nous formons un bon groupe et malheureusement, l'aventure s'est terminée un peu trop rapidement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer