Une pensée pour Pierre Gauthier

Le règne de Pierre Gauthier à Montréal a... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Le règne de Pierre Gauthier à Montréal a souvent été critiqué, mais aujourd'hui, pas moins de 10 joueurs ayant participé activement à la dernière victoire de l'équipe samedi soir sont des produits de ses travaux en tant que directeur général du Canadien.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque soir de match ou presque, Pierre Gauthier s'assoit sur un des sièges dans les hauteurs du Centre Bell. Il n'est pas dans la loge de la direction montréalaise, mais plutôt un observateur parmi tant d'autres, aux côtés des dépisteurs de la Ligue nationale et des membres des médias.

C'est à titre de directeur du personnel des Blackhawks de Chicago que Gauthier regarde en silence ce qui se passe en bas, sur la glace. Pour cet ancien directeur général du Canadien, c'est possiblement la partie la plus frustrante du boulot: se contenter d'observer, en retrait, l'éclosion d'une équipe qu'il a contribué à former.

> Mathias Brunet: L'héritage de Pierre Gauthier

Car les succès de ce Canadien sont un peu les succès de Pierre Gauthier. Embauché par la formation montréalaise en 2003, l'homme de hockey est devenu DG adjoint du club en 2006 et très impliqué dans les décisions du DG d'alors, Bob Gainey. Puis, il est lui-même devenu DG à temps plein en 2010 à la suite du départ de Gainey.

Gauthier, qui refuse toutes les demandes d'entrevue depuis son congédiement par le Canadien en mars 2012, a pris plusieurs décisions concernant le personnel de hockey du Tricolore lors de son passage au Centre Bell. Des décisions qui rapportent aujourd'hui.

«Quand on regarde un peu les noms qui sont ici dans ce vestiaire, on voit que plusieurs gars sont des joueurs qu'il a repêchés, admet l'attaquant Lars Eller. Il y a plusieurs joueurs de notre équipe qui ont grandi dans l'organisation quand Pierre Gauthier était ici. Le mérite de nos succès lui revient en partie, très certainement.»

De la formation du Canadien qui a obtenu une septième victoire en huit parties, samedi soir au Centre Bell - le meilleur départ du club en 53 ans, rappelons-le -, 10 joueurs sont des produits de ce qu'il convient d'appeler l'ère Gauthier, soit la moitié du club. Une ère souvent critiquée, en partie à cause du manque de tact du principal intéressé, qui n'était visiblement pas là pour se faire des amis.

Mais aujourd'hui, ses décisions souvent décriées, autant au chapitre du repêchage que des transactions, commencent à être payantes pour la formation au maillot tricolore.

«Je ne sais pas si nous sommes en train de bâtir quelque chose de spécial avec tous ces choix au repêchage, il est encore un peu trop tôt cette saison pour en parler, ajoute Lars Eller. On verra bien après 20 matchs. Mais nous avons tellement de joueurs qui vont continuer à s'améliorer, et je ne vois pas beaucoup de gars dans ce vestiaire qui vont se mettre à régresser.»

Eller lui-même a été le sujet de décisions jadis controversées de Pierre Gauthier; il est arrivé des Blues de St.Louis en 2010 en retour du héros de ce printemps-là, le gardien Jaroslav Halak. Aujourd'hui, Halak en est à son troisième club depuis son départ de Montréal, et plus personne n'est prêt à affirmer que Pierre Gauthier a misé sur le mauvais gardien.

«C'est lui qui a pu mettre la main sur plusieurs des joueurs qui sont encore ici avec nous, a reconnu l'attaquant Tomas Plekanec au terme de la victoire contre les Rangers de New York, samedi soir. Tous ces gars-là sont en train de devenir les joueurs que l'on espérait.»

L'ère Gauthier n'aura certes pas été parfaite, loin de là (Tomas Kaberle, quelqu'un?), et elle n'aura pas non plus été exempte d'épisodes surréels - incluant la fois où un joueur a été échangé en plein match à Boston ou lorsqu'un adjoint a été limogé à peine quelques heures avant le début d'une rencontre au Centre Bell.

Mais au moment où le Canadien s'amène chez les Oilers à Edmonton en visant une huitième victoire en neuf matchs, ce soir, force est de constater que le travail amorcé par Pierre Gauthier est en train de donner des résultats.

«Je ne pense pas à ça parce que nous demeurons une jeune équipe, surtout à l'avant, et parce qu'on peut encore faire mieux, a constaté l'attaquant Max Pacioretty. Mais on voit bien que les gars de cette équipe sont en train d'apprendre. Je crois qu'on va continuer comme ça à s'améliorer tous ensemble.»

______________________________________________

L'empreinte Gauthier sur le CH

David Desharnais: Acquis à titre de joueur autonome alors que Gauthier était l'adjoint de Bob Gainey, en 2008.

Max Pacioretty: Repêché par le tandem Gauthier-Gainey au premier tour du repêchage de 2007.

Brendan Gallagher: Un excellent choix au repêchage de 2010... surtout pour un gars choisi en cinquième ronde, le 147e au total cette année-là!

Rene Bourque: Acquis des Flames de Calgary avant tout pour se débarrasser du contrat de Mike Cammalleri. La carte cachée de cette transaction: un choix de deuxième ronde au repêchage de 2013, qui a permis à la présente administration de mettre la main sur le gardien Zachary Fucale.

Lars Eller: Acquis en retour de Jaroslav Halak en 2010 lors d'une transaction fort critiquée. Dire qu'à l'époque, certains avançaient que Gauthier aurait plutôt dû échanger son autre gardien...

Michaël Bournival: Si Bournival devient un jour un joueur régulier dans cette ligue, cette transaction, qui aura coûté un défenseur (Ryan O'Byrne) qui n'est même plus dans la LNH, sera pratiquement un vol.

Travis Moen: Acquis comme joueur autonome par le duo Gainey-Gauthier en 2009. Le contrat de quatre ans qui a suivi en 2012 est l'oeuvre du présent directeur général, Marc Bergevin.

P.K. Subban: Avec le recul, il est assez incroyable de constater que ce défenseur de premier plan ait été encore disponible au deuxième tour du repêchage de 2007. Bob Gainey et Pierre Gauthier n'ont pas hésité...

Alexei Emelin: Repêché en 2004, Emelin préférait jouer dans sa Russie natale... jusqu'à ce que Gauthier aille le convaincre de dire oui au Canadien lors du Championnat du monde de 2011, à Bratislava.

Jarred Tinordi: Le costaud défenseur physique qui manquait au Canadien, jusqu'à ce que Gauthier le choisisse avec son premier choix de 2010.

Nathan Beaulieu: Un autre défenseur choisi au premier tour par Gauthier, celui-ci au repêchage de 2011.

Carey Price: Price a été le choix de Bob Gainey au repêchage de 2005, mais c'est Gauthier qui a tranché la fameuse question (Price ou Halak?) en refilant le gardien slovaque aux Blues en 2010.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer