Canadien-Rangers: retrouvailles sans amertume

Même s'ils ont été éliminés en mai dernier... (Photo Kathy Willens, archives AP)

Agrandir

Même s'ils ont été éliminés en mai dernier par les Rangers de New York en finale d'Association, les joueurs du Canadien n'entretiennent pas de rancoeur envers les hommes d'Alain Vigneault à la veille de leur premier affrontement de la saison, ce soir au Centre Bell.

Photo Kathy Willens, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré une élimination décevante le printemps dernier, malgré la blessure de Carey Price, malgré les mauvais coups pendant les séries, les joueurs du Canadien n'entretiennent pas de rancoeur envers leurs adversaires de ce soir, les Rangers de New York.

Dale Weise a bien résumé vendredi midi l'état d'esprit des joueurs du CH, à la veille du premier match de la saison entre ces deux équipes. «Il n'y a pas d'animosité, ce n'est pas comme contre Boston; il y a un respect mutuel, ce sont deux clubs qui travaillent fort.»

Michel Therrien a même eu l'occasion d'aller boire une petite douce avec son «rival» du printemps, Alain Vigneault. «On s'est vus une fois cet été et on a jasé à plusieurs occasions» a-t-il dit hier.

«Il faut dire aussi que notre équipe est différente, la leur aussi», ajoute l'entraîneur en chef du Canadien.

Les Rangers ont perdu cinq joueurs : Brad Richards, Anton Stralman, Benoit Pouliot, Brian Boyle et Derek Dorsett. Ils ont été remplacés par Tanner Glass, Matt Hunwick, Ryan Malone, Dan Boyle (blessé) et les jeunes Kevin Hayes et Anthony Duclair, qui seront vraisemblablement de retour dans la formation ce soir.

Après avoir atteint la finale de la Coupe Stanley, les Rangers ont une fiche de quatre victoires contre trois revers. Ils ont néanmoins remporté trois matchs consécutifs après un départ difficile.

«Ce sont les finalistes de la Coupe Stanley et ils nous serviront de bon instrument de mesure pour évaluer notre progression», dit Therrien.

Le coach est heureux des changements jusqu'ici. Les départs des vétérans Josh Gorges, Brian Gionta, Thomas Vanek et Daniel Brière ont contribué à changer la dynamique de l'équipe. Le CH, après tout, montre une fiche de 6-1-0, même si Carey Price n'est pas encore au sommet comme l'an dernier et que la défense a encore des rajustements à faire.«Nous avons une équipe plus jeune, qui doit continuer à s'améliorer en défense. Nous sommes plus rapides, même si nous étions reconnus pour notre vitesse. On donne aussi la chance à de jeunes vétérans d'assumer du leadership. On aime ce qu'on voit, surtout sur le plan de notre éthique de travail.»

Rick Nash sera le joueur à surveiller chez les Rangers. Ralenti par de multiples commotions cérébrales, il avait connu des séries éliminatoires ordinaires. Il a déjà huit buts en sept matchs depuis le début de la saison et il forme un redoutable trio avec la recrue Kevin Hayes et Chris Kreider.

Martin St-Louis a franchi la marque des 20 minutes d'utilisation lors de deux des trois derniers matchs dans le deuxième trio avec Derick Brassard et Mats Zuccarello, tandis que la recrue montréalaise Anthony Duclair devrait en principe jouer avec Dominic Moore et Carl Hagelin après avoir été retranchée lors des deux derniers matchs. Duclair compte trois aides en cinq rencontres.

Lars Eller admet qu'il n'y aura aucun esprit de vengeance, mais qu'il a bien hâte à ce match. «Qui ne sera pas motivé dans ce vestiaire? Nous ne voulons pas perdre une fois de plus contre ces gars-là...»

Dans le vestiaire

Un «match comme un autre» pour Carey Price

Déjà, lors du bilan de l'équipe le printemps dernier, Carey Price ne tenait pas rigueur à celui qui l'a blessé lors du premier match de la série demi-finale, Chris Kreider. Cinq mois plus tard, le discours n'a évidemment pas changé.

«Ce match n'est pas différent des autres que nous avons joués jusqu'à maintenant. On ne porte aucune attention particulière à certains de leurs joueurs. Nous pensons d'abord et avant tout au résultat de ce match, et toute ma concentration y est consacrée.»

Michel Therrien abonde dans le même sens. «Nous ne vivons pas dans le passé. On ne sait pas ce qui aurait pu se produire si Carey ne s'était pas blessé et on ne le saura jamais.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • La sécurité renforcée au Centre Bell

    Hockey

    La sécurité renforcée au Centre Bell

    Dans la foulée des attentats perpétrés à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa, cette semaine, les mesures de sécurité seront dorénavant renforcées au... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer