• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Hurricanes: un meilleur coach derrière une meilleure équipe 

Hurricanes: un meilleur coach derrière une meilleure équipe

Kirk Muller discute avec Eric Staal, qu'il considère... (Photo : Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Kirk Muller discute avec Eric Staal, qu'il considère comme l'un des cinq meilleurs attaquants de la LNH.

Photo : Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Gagnon
La Presse

L'équipe gagnante qui attirera les partisans des Hurricanes au PNC Arena et, qui sait, leur offrira une deuxième Coupe Stanley, Kirk Muller dit être en train de la modeler.

Muller compte sur une bonne équipe, avec Eric Staal, qu'il considère comme l'un des cinq meilleurs attaquants de la LNH, son frère Jordan, acquis l'été dernier et qui donne une nouvelle dynamique à l'équipe, un gardien de premier plan en Cam Ward et de jeunes joueurs très prometteurs, comme l'attaquant Jeff Skinner - il ne fera pas le voyage à Montréal en raison d'une blessure - et le défenseur Justin Faulk - qui compose actuellement avec la guigne de la deuxième année.

Il se montre particulièrement élogieux à l'endroit d'Alexander Semin, arrivé en Caroline - contrat d'un an pour 7 millions - précédé d'une mauvaise réputation. «C'est ma révélation jusqu'à maintenant. On doit bien gérer l'effort et l'engagement, mais côté talent, vision et sens du hockey, il m'impressionne chaque jour. Il est considéré comme un marqueur, mais il fait des passes qui surprennent les gars avec qui il joue tellement elles sont précises et inattendues. Je ne veux rien enlever aux ailiers qui ont joué à ses côtés au cours des dernières années, mais je crois qu'Eric Staal n'avait encore jamais eu la chance de profiter de la complicité d'un joueur aussi bon», ajoute Muller, qui se dit aussi un meilleur entraîneur.

Les fruits de l'expérience

«Après une année derrière le banc, je crois que les gars me connaissent mieux. Je me connais mieux également. Au-delà des systèmes et des tactiques, c'est l'aspect personnel qui importe. Ma philosophie est simple: je récompense ceux qui le méritent et pénalisent ceux qui n'en donnent pas assez. Et je suis intraitable sur cet aspect de mon coaching», assure Muller, qui n'hésite plus à jongler avec son personnel.

Gardien numéro un des Canes depuis huit ans, Cam Ward l'a appris à ses dépens. Embauché à titre de joueur autonome, Dan Ellis compte déjà cinq départs cette saison.

«Cam demeure notre numéro un. J'ai d'ailleurs fait appel à ses services lors d'une séquence de deux matchs en deux soirs à Long Island et au New Jersey, la semaine dernière. Deux matchs qu'il a gagnés, d'ailleurs. Mais j'ai la possibilité de faire appel à un adjoint de qualité. Je ne m'en prive pas. L'an dernier, nos gardiens auxiliaires n'ont remporté que trois victoires. Dan en a déjà le même nombre.»

Déjà bien au courant du fait que Cam Ward affiche ses meilleures statistiques sur la route au Centre Bell, Kirk Muller fera appel aux services de son numéro un ce soir. Il a beau avoir été capitaine du Canadien, avoir soulevé la Coupe Stanley à Montréal, être toujours adulé par les fans qui auraient bien aimé le voir derrière le banc, ce serait mal connaître Kirk Muller de croire qu'il ne mettra pas toutes les chances de son côté pour battre le Tricolore.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer