La peur des vaccins coûte cher

La vaccination contre la rougeole à 1 an est... (Photo Damian Dovarganes, archives Associated Press)

Agrandir

La vaccination contre la rougeole à 1 an est efficace à 85 % et le rappel à 18 mois augmente l'efficacité à plus de 95 %.

Photo Damian Dovarganes, archives Associated Press

L'opposition à la vaccination a un prix élevé : une éclosion de rougeole à New York en 2013 a coûté 400 000 $US seulement à la direction de santé publique. Et il n'y avait que 58 cas, alors que les deux dernières éclosions au Québec étaient beaucoup plus importantes. Le problème : souvent, les patients ne sont pas isolés parce que la rougeole, l'un des microbes les plus contagieux qui existent, est devenue trop rare pour être facilement identifiable.

ISOLEMENT

L'éclosion de New York n'a touché que 58 personnes, principalement des membres d'une communauté juive ultraorthodoxe opposée à la vaccination, mais 3350 personnes ont dû être rencontrées pour vérifier qu'elles n'avaient pas de risque d'être infectées parce qu'elles avaient été en contact avec l'un des malades. « Ce qui nous a le plus surpris, c'est la forte proportion de gens qui n'ont pas été signalés aux autorités », explique l'auteure principale de l'étude publiée dans la revue JAMA Pediatrics, Jane Zucker, du département de santé publique de la Ville de New York. Un peu moins de la moitié des cas ont été rapportés, 7 % des patients ont vu un médecin qui n'a pas identifié la rougeole et 9 %, un médecin qui a fait le bon diagnostic, mais n'a pas contacté les autorités médicales, comme il aurait dû le faire. Plus de 330 personnes ont dû être traitées en prophylaxie parce qu'elles avaient pu être infectées et n'étaient pas immunisées.

OPÉRATIONS REPORTÉES

« Ce type d'étude est très utile pour montrer les problèmes liés à la non-vaccination contre la rougeole », explique Jesse Papenburg, infectiologue à l'Hôpital de Montréal pour enfants. « Le problème, ce n'est pas tant le coût direct, mais les autres choses que l'on n'a pas pu faire parce que le personnel de santé publique avait les mains pleines avec la rougeole. » Lors de l'épidémie de SRAS à Toronto en 2003, 43 personnes étaient mortes du virus chinois, mais 150 autres étaient mortes en raison du report d'interventions chirurgicales et de consultations médicales. L'étude de JAMA Pediatrics sous-estime probablement le total, selon le Dr Papenburg, parce que les dépenses des cliniques et hôpitaux ne sont pas comptabilisées. « En comptant les cliniques et hôpitaux, on frôle probablement le million de dollars américains. » « Il est peu probable que les coûts pour les cliniques et hôpitaux soient beaucoup moins élevés que pour la santé publique », dit la Dre Zucker.

NOUVEAU-NÉS ET IMMUNOSUPPRIMÉS

Les personnes les plus vulnérables à la rougeole sont les bébés de moins de 1 an et les patients recevant des médicaments immunosuppresseurs, par exemple après une greffe, selon le Dr Papenburg. En Amérique du Nord, 2,7 % de la population est immunosupprimée, selon une étude de 2016 du Journal de l'Association médicale américaine (JAMA), une proportion qui est de 1,6 % chez les 18 à 39 ans.

AU QUÉBEC AUSSI

Le nombre de cas de rougeole est normalement inférieur à cinq par année au Québec. « J'ai été chanceux, je n'ai jamais eu des cas qui n'avaient pas été identifiés au triage et placés en isolement aérien, explique le Dr Papenburg. Si ce n'est pas fait, il faut donner des gammaglobulines et des vaccins. » Lors de la dernière éclosion de rougeole au Québec, en 2015, 159 personnes ont attrapé la maladie dans la région de Lanaudière, presque en totalité parmi les membres de la mission de l'Esprit-Saint, une secte opposée à la vaccination. La maladie avait été importée par un voyageur de Californie, où sévissait alors une épidémie dans des communautés opposées à la vaccination pour des raisons philosophiques. En 2011, 725 Québécois, dont 29 bébés de moins de 1 an, avaient été infectés par des voyageurs ayant attrapé la rougeole en France, où sévit un important mouvement antivaccination. « Une seule personne avait infecté plus de 600 personnes », dit le Dr Papenburg.

LA ROUGEOLE

La rougeole est l'un des microbes les plus contagieux, selon le Dr Papenburg. « La grippe, par exemple, n'est pas beaucoup transmissible à plus de un mètre et presque pas à plus de trois mètres. Mais comme la rougeole est transmise par des gouttelettes très fines, on peut l'attraper partout dans une salle de classe, et à l'autre bout d'un étage d'hôpital. » La vaccination à 1 an est efficace à 85 % et le rappel à 18 mois augmente l'efficacité à plus de 95 %. Selon une étude québécoise publiée en 2012 dans le Journal of Infectious Diseases, l'éclosion de 2011 a permis de constater que 82 % des élèves non vaccinés avaient été infectés, contre 4,8 % des élèves vaccinés.

L'ÉPIDÉMIE DE ROUGEOLE DE 1989

  • Dernière grande éclosion avant la vaccination améliorée en 1996
  • 10 000 : nombre de cas
  • 656 : nombre d'hospitalisations
  • 10 : nombre d'encéphalites
  • 7 : nombre de morts

Source : ministère de la Santé du Québec




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer