Le manque de sommeil peut doubler le risque de mortalité

Les autorités médicales recommandent aux adultes de dormir... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE)

Agrandir

Les autorités médicales recommandent aux adultes de dormir de sept à huit heures par nuit.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un manque de sommeil peut doubler le danger de décéder d'un infarctus ou d'un accident vasculaire cérébral chez des personnes ayant plusieurs facteurs de risque cardio-vasculaires comme l'obésité, l'hypertension, un taux de cholestérol excessif ou le diabète, selon une étude publiée mercredi.

Les chercheurs ont sélectionné au hasard 1344 adultes d'un âge moyen de 49 ans, dont 42% d'hommes qui ont accepté de passer une nuit à dormir dans un laboratoire.

Selon les tests et examens effectués, plus de 39% des participants avaient au moins trois de ces facteurs de risques qui, ensemble, constituent le syndrome métabolique, précisent les auteurs dont l'étude paraît dans la revue de l'American Heart Association.

Pendant une période de suivi de plus de 16 années en moyenne, 22% sont décédés.

Les personnes souffrant du syndrome métabolique qui avaient dormi moins de six heures dans le laboratoire avaient 2,1 fois plus de chances de mourir d'une crise cardiaque ou d'une attaque cérébrale pendant ces 16 années, comparativement à ceux ne présentant pas ces facteurs de risque cardio-vasculaires.

Ces mêmes personnes avaient également un risque 1,99 fois plus élevé de décéder de toutes causes par rapport à celles ne souffrant pas du syndrome métabolique.

Ceux des participants avec ce syndrome dormant plus de six heures avaient encore 1,49 fois plus de risque de mourir que les sujets en meilleure santé.

Les autorités médicales recommandent aux adultes de dormir de sept à huit heures par nuit.

Selon les auteurs, il s'agit de la première étude de ce type qui mesure la durée du sommeil en laboratoire.

Jusqu'alors ces recherches étaient basées sur des réponses des participants à un questionnaire.

Ces chercheurs pointent aussi le fait qu'il s'agit de la première étude qui se penche sur l'impact de la durée du sommeil et le risque de mortalité chez des sujets à risques cardio-vasculaires multiples.

Mais vu qu'il s'agit d'une observation, cette étude ne permet pas d'établir un lien de cause à effet entre les personnes souffrant du syndrome métabolique et le doublement du risque de mortalité, notent les chercheurs.

«Des essais cliniques seront nécessaires pour déterminer si, en dormant davantage tout en réduisant la tension artérielle et la glycémie, entre autres choses, il est possible d'améliorer le pronostique des personnes souffrant du syndrome métabolique», explique Julio Fernandez-Mendoza, professeur adjoint à la faculté de médecine de l'Université Penn State, en Pennsylvanie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer