Une nouvelle explication à l'infertilité féminine liée à l'âge

Dès l'âge de 35 ans, la fertilité des femmes commence à diminuer de façon... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
La Presse

Dès l'âge de 35 ans, la fertilité des femmes commence à diminuer de façon importante. Les cas de fausses couches se multiplient et le syndrome de Down (aussi appelé trisomie 21) devient plus fréquent. Des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) ont réussi à identifier une nouvelle explication à ce phénomène. Les grands responsables seraient les microtubules, ceux qui s'occupent de trier les chromosomes.

Lors de l'ovulation, chez une femme jeune et en santé, l'ovocyte se sépare en deux cellules contenant chacune la moitié des chromosomes. C'est ce qu'on appelle le processus de ségrégation chromosomique. Mais voilà qu'avec l'âge, la chorégraphie devient erratique, les chromosomes ne sont pas partagés à parts égales, causant l'infertilité.

« Nous avons découvert que les microtubules qui orchestrent la séparation des chromosomes sont anormaux dans les ovules plus âgées. Ils vont dans toutes les directions et contribuent aux erreurs de ségrégations », explique Greg FitzHarris, chercheur au CRCHUM et coauteur de l'étude publiée aujourd'hui dans la revue Current Biology. On a observé ce défaut chez les souris, mais le même phénomène se produirait avec les ovules des femmes plus âgées.

Avant cette découverte, la seule explication dans la communauté scientifique pour expliquer l'infertilité féminine liée à l'âge était celle de la cohésion chromosomique. Avec le temps, la « colle » qui maintient les chromosomes ensemble devient moins efficace et mène à un nombre inexact de chromosomes lors de la séparation des cellules. 

« Ce que notre recherche démontre, c'est que le problème ne provient pas seulement des chromosomes. Il peut aussi provenir des fuseaux qui séparent les chromosomes », mentionne Greg FitzHarris, qui occupe également la fonction de professeur au Département d'obstétrique-gynécologie de l'Université de Montréal. Cela crée des ovules aneuploïdes, c'est-à-dire contenant un nombre anormal des chromosomes.

« Ce sont deux problèmes indépendants. Le problème de colle cause un certain type d'ovules aneuploïdes et celui des fuseaux un autre type d'ovules aneuploïdes. Ce sont deux chemins qui mènent au même résultat : l'infertilité. »

Pour vérifier l'origine de ce défaut chez les souris, les chercheurs ont échangé les noyaux d'ovules jeunes avec ceux d'ovules âgées. Le même problème s'est produit : les chromosomes n'étaient pas parfaitement séparés. « Cela démontre que l'âge maternel influence l'alignement des microtubules indépendamment de l'âge des chromosomes », rapporte Shoma Nakagawa, postdoctorant au CRCHUM et à l'Université de Montréal. 

Maintenant que l'on comprend mieux la mécanique de la division des cellules sexuelles, l'objectif est maintenant de rajeunir les ovules et renverser cette tendance. C'est un pas de plus vers cette longue route permettant de contrer l'infertilité.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer