Échec d'un traitement expérimental contre Alzheimer

Le laboratoire américain Eli Lilly a annoncé mercredi que les essais en phase... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Photo archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Le laboratoire américain Eli Lilly a annoncé mercredi que les essais en phase avancée de son traitement expérimental pour des patients souffrant d'une forme modérément avancée de la maladie d'Alzheimer n'étaient pas concluants.

Le solanezumab «n'a pas rempli le critère d'évaluation principal de l'essai clinique Expedition3», qui en était à sa phase 3, la dernière étape avant la demande de mise d'autorisation sur le marché, a indiqué le laboratoire dans un communiqué.

Les patients traités avec ce médicament «n'ont pas enregistré de ralentissement statistiquement significatif de leur déclin cognitif par rapport à des patients traités avec un placebo», a expliqué Eli Lilly.

Aussi le laboratoire «ne va pas déposer de demande autorisation de mise sur le marché pour le solanezumab dans le traitement de la démence modérée due à la maladie d'Alzheimer».

Eli Lilly avait pourtant fait état en juillet de résultats intermédiaires prometteurs montrant que des patients dans les premiers stades de la maladie traités avec son médicament avaient préservé la plupart de leurs capacités cognitives par rapport à des groupes ayant pris un placebo.

Les laboratoires pharmaceutiques mondiaux sont mobilisés pour développer de traitements capables d'arrêter ou d'inverser cette dégénérescence neurologique incurable liée au vieillissement.

Les traitements déjà commercialisés pour traiter Alzheimer minimisent les symptômes de la maladie, mais aucun n'est encore capable de l'arrêter ou de ralentir sa progression.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, plus de 36 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence, dont une majorité de la maladie d'Alzheimer. Ce nombre devrait doubler d'ici 2030 pour passer à 65,7 millions, et tripler d'ici 2050 à 115,4 millions si aucun traitement efficace n'est découvert dans les prochaines années.

Eli Lilly est «déçu pour les millions de gens qui attendent un traitement pouvant potentiellement modifier la maladie des patients atteints d'Alzheimer», a déclaré le PDG du groupe John Lechleiter, cité dans le communiqué.

«Nous allons évaluer l'impact de ces résultats sur les projets de développement du solanezumab et sur nos autres actifs liés à la maladie d'Alzheimer en cours de développement», a-t-il ajouté.

Cet échec devrait se traduire pour le groupe par une charge de 105 millions de dollars au quatrième trimestre et le laboratoire fournira en décembre de nouvelles prévisions pour ses résultats financiers de 2016 et 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer