• Accueil > 
  • Sciences > 
  • Médecine 
  • > Les antidépresseurs pendant la grossesse augmentent de 87% le risque d'autisme 

Les antidépresseurs pendant la grossesse augmentent de 87% le risque d'autisme

La prise d'antidépresseurs pendant la grossesse accroîtrait de 87% le risque... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

La prise d'antidépresseurs pendant la grossesse accroîtrait de 87% le risque d'autisme pour l'enfant, selon une vaste étude canadienne publiée lundi aux États-Unis.

Les conclusions de cette recherche sont importantes vu que de 6 à 10% des femmes enceintes se voient prescrire des antidépresseurs pour traiter une dépression, soulignent les chercheurs qui ont analysé les données médicales portant sur 145 456 grossesses au Québec.

Leurs travaux paraissent dans le Journal of the American Medical Association, Pediatrics. «Les diverses causes de l'autisme demeurent incertaines, mais des travaux ont démontré que la génétique et l'environnement pouvaient être des facteurs de risque», explique la professeure Anick Bérard, de l'Université de Montréal et du Centre Hospitalier Universitaire Sainte-Justine, principal auteur de cette étude.

«Notre recherche a permis d'établir que le fait de prendre des antidépresseurs, surtout ceux agissant sur la sérotonine (un neurotransmetteur) pendant les deuxième et troisième trimestres de  grossesse, double quasiment le risque d'autisme chez l'enfant», ajoute-t-elle.

La Dre Bérard et son équipe ont suivi 145 456 enfants de leur conception à l'âge de dix ans, ainsi que la prise d'antidépresseurs par leur mère enceinte, étudiant également un ensemble d'autres facteurs pouvant contribuer à l'autisme.

Certaines personnes sont ainsi génétiquement prédisposées à ce trouble si elles ont des antécédents familiaux.

L'âge de la mère et la dépression sont également potentiellement liés à l'apparition de l'autisme, tout comme certains facteurs socioéconomiques tels la pauvreté.

«Nous avons défini l'exposition aux antidépresseurs comme correspondant à au moins une ordonnance prescrite à une femme enceinte pendant le deuxième ou troisième trimestre de grossesse», précise la professeure Bérard.

Elle explique avoir choisi cette période, car elle correspond au moment où le cerveau du bébé franchit une étape cruciale de son développement, indique-t-elle.

Parmi les enfants sur lesquels portait l'étude, les chercheurs ont ensuite retenu ceux chez qui une forme d'autisme avait été diagnostiquée en vérifiant les dossiers médicaux de leur mère.

Dans cette recherche, 1054 enfants ont été diagnostiqués à l'âge de 4,5 ans en moyenne, soit 0,72% de l'échantillon étudié.

L'incidence de l'autisme chez les enfants a augmenté, passant de 4 pour 10 000 enfants en 1966 à 100 pour 10 000 aujourd'hui.

Bien que cet accroissement puisse être attribuable à une meilleure détection de l'autisme ainsi qu'à des critères plus étendus de diagnostic, les chercheurs estiment que des facteurs environnementaux jouent aussi un rôle.

«Sur le plan biologique, il est plausible que les antidépresseurs engendrent l'autisme s'ils sont utilisés pendant la période de développement du cerveau du foetus, puisque la sérotonine entre en jeu dans de nombreux processus développementaux prénataux et postnataux, y compris la division cellulaire, précise Anick Bérard.

Elle explique que «certaines catégories d'antidépresseurs agissent en inhibant la production de sérotonine, qui entrave la capacité du cerveau de se développer entièrement dans l'utérus».

«Mieux cerner les répercussions de ces médicaments est une priorité en matière de santé publique, compte tenu de leur utilisation répandue», conclut Anick Bérard.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer