Bientôt, on pourra regarder ses rêves à la télévision

Des chercheurs japonais ont affirmé jeudi avoir conçu une technique d'analyse... (Photo: archives AP)

Agrandir

Photo: archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Tokyo

Des chercheurs japonais ont affirmé jeudi avoir conçu une technique d'analyse cérébrale qui permettra peut-être un jour de regarder à la télévision ses propres rêves reconstitués ou d'exprimer par l'image une pensée qui peut difficilement être mise en mots.

Une équipe du laboratoire de neurologie japonais ATR, dirigée par Yukiyasu Kamitani, dit avoir réussi «pour la première fois au monde à recréer tel quel, en image, le contenu de perceptions cérébrales complexes».

Leurs travaux ont consisté à faire observer une forme (lettre de l'alphabet) à un individu et à la reconstituer sur un écran, en analysant au passage l'activité cérébrale du sujet. Ils ont intercepté des signaux électriques émanant de l'oeil et ont vérifié la concordance entre formes observée et reproduite.

«Si nous arrivons un jour à mettre en images les signaux qui traversent nos neurones, nous pourrons peut-être regarder sur un écran nos rêves et autres pensées comme des films ou émissions de télévision», ont-ils assuré.

De même jugent-ils que leur procédé devrait permettre le développement de nouveaux modes d'interaction entre l'homme et les machines, en établissant un ensemble de relations entre une combinaison de mouvements et un motif de signaux cérébraux.

La technique employée pourrait également donner la possibilité à des architectes, à des concepteurs d'objets ou d'autres créateurs de montrer ce qu'ils ont en tête même s'ils ne trouvent pas les mots pour le dire ou ne savent pas le dessiner.

Pour aboutir à ce dispositif de conversion de signaux cérébraux en images, inverse de celui qui s'effectue entre l'oeil et le cerveau, l'équipe Kamitani a développé une sorte de décodeur des variations cérébrales, via l'association d'un type de signal et d'une forme basique connue. Ils ont ensuite combiné plusieurs couples signal-forme pour recréer des images complexes.

Pour le moment, le système est limité et ne permet pas de reproduire toutes les perceptions. Il exige de dresser d'abord un tableau de correspondances entre formes et signaux pour chaque individu.

Cependant, les chercheurs estiment avoir construit une méthode d'analyse qui ouvre la voie à des applications relevant jusqu'à présent du fantasme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer