Une étude tente d'expliquer la disparition de villages iroquoiens

Les recherches et l'analyse porte sur plus de... (photo pierre corbeil, fournie par l'Université de Montréal)

Agrandir

Les recherches et l'analyse porte sur plus de 200 sites iroquoiens du Québec, de l'Ontario et du nord de l'État de New York.

photo pierre corbeil, fournie par l'Université de Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand Jacques Cartier a atteint l'île de Montréal en 1535, il a visité un village iroquoien, Hochelaga, ainsi que plusieurs autres entre Québec et Montréal. Moins de 70 ans plus tard, Samuel de Champlain n'a vu aucun site occupé en permanence entre Québec et Trois-Rivières. La disparition graduelle de ces villages, entre 1540 et 1580, a été confirmée par les archéologues, qui n'ont pas encore pu établir avec certitude la cause de ce changement. Une nouvelle étude apporte une piste d'explications.

Des fouilles ont lieu cet été au site... (photo pierre corbeil, fournie par l'Université de Montréal) - image 1.0

Agrandir

Des fouilles ont lieu cet été au site Droulers, à Saint-Anicet, où était situé un village faisant partie de la culture des Iroquoiens du Saint-Laurent.

photo pierre corbeil, fournie par l'Université de Montréal

Ce fragment de vase a été retrouvé sur... (photo fournie par New York State Museum) - image 1.1

Agrandir

Ce fragment de vase a été retrouvé sur un site iroquoien du comté de Jefferson, dans l'État de New York.

photo fournie par New York State Museum

Cette étude, à laquelle participe un archéologue de l'Université de Montréal, apporte une piste pour expliquer la disparition des Iroquoiens du Saint-Laurent : leurs villages jouaient un rôle central dans le commerce entre les autres groupes iroquoiens, notamment les Hurons-Wendat et les Iroquois, mais n'avaient pas d'alliance politique leur permettant de se défendre. Cela pourrait avoir attisé la convoitise des Hurons-Wendat et des Iroquois envers des rivaux commerciaux faciles à vaincre sur le champ de bataille.

« Les Iroquoiens du Saint-Laurent occupaient une position centrale dans les réseaux d'échanges entre les différents groupes iroquoiens », explique Christian Gates St-Pierre, de l'Université de Montréal, qui est l'un des coauteurs de l'étude publiée hier dans la revue Science Advances.

« Au début de la période que nous avons analysée, soit vers 1350, aucun groupe ne contrôlait le réseau. Ensuite, les Iroquoiens du Saint-Laurent ont commencé à avoir des liens plus forts avec les différents groupes iroquoiens. Ils contrôlaient les réseaux d'échanges. À un certain point, au milieu du XVIe siècle, ils ont disparu. Et on est revenu à une situation où aucun groupe ne dominait les réseaux entre les différents groupes iroquoiens. »

L'analyse porte sur plus de 200 sites iroquoiens du Québec, de l'Ontario et du nord de l'État de New York. Elle s'intéresse plus particulièrement aux fragments de poterie.

« La céramique est un médium intéressant, explique M. Gates St-Pierre. Il rend compte des goûts stylistiques, contrairement aux autres types d'objets en bois et en pierre. Des préférences culturelles s'expriment, pas seulement des traits fonctionnels. La céramique décrit très bien les traits des différentes cultures d'une région un peu partout dans le monde. Chez les Iroquoiens du Saint-Laurent, on voit par la céramique qu'ils utilisent davantage d'outils en os et moins d'outils en pierre, contrairement aux autres groupes iroquoiens. Leur régime alimentaire est aussi plus orienté vers les ressources aquatiques. »

QUATRE GROUPES ÉTUDIÉS

L'étude porte sur quatre groupes iroquoiens : ceux du Saint-Laurent, les Hurons-Wendat, les Iroquois et les « Neutres ».

« Il y a aussi des différences linguistiques entre ces quatre groupes, dit M. Gates St-Pierre. Jacques Cartier a noté des mots des Iroquoiens du Saint-Laurent, ce qui nous permet de conclure que ces quatre groupes avaient des langues d'une même famille, mais distinctes, un peu comme le français, l'espagnol et l'italien. »

Les peuples huron-wendat et iroquois formaient chacun une alliance politique, deux confédérations séparées par le lac Ontario. Mais ils dépendaient des Iroquoiens du Saint-Laurent pour leurs échanges commerciaux. Les différents villages des Iroquoiens du Saint-Laurent peuvent se comparer à des villes commerciales de l'Antiquité qui n'étaient pas unies par une alliance politique, et qui étaient donc vulnérables aux agressions malgré leur domination commerciale.

Au milieu du XVe siècle, les villages iroquoiens commencent à être entourés de palissades, entre autres stratégies défensives. Cela est probablement dû à une concurrence entre les quatre groupes pour accéder aux marchandises amenées d'Europe par les pêcheurs basques, portugais et espagnols. « Les Basques pénétraient dans l'estuaire, jusqu'au Saguenay, dit l'archéologue montréalais. Les Iroquoiens du Saint-Laurent étaient établis partout sur les rives du fleuve et pouvaient emporter ces marchandises jusqu'au début des Grands Lacs, où étaient les Hurons et les Iroquois. Ils commerçaient aussi avec les autres groupes autochtones établis sur les rives du golfe, les Innus de la Côte-Nord, par exemple, qui avaient aussi des contacts avec des pêcheurs européens. »

Un groupe de villages de la culture des Iroquoiens du Saint-Laurent, situés dans le comté de Jefferson, dans l'extrême nord de l'État de New York, jouaient un rôle particulièrement important dans les réseaux tissés par les quatre groupes iroquoiens. « Ce sont les premiers villages qui disparaissent au milieu du XVIe siècle », dit M. Gates St-Pierre. Ensuite, le contrôle des réseaux d'échange passe aux villages des Iroquoiens du Saint-Laurent situés en aval, qui finissent par disparaître eux aussi. « On pense que les Iroquoiens du Saint-Laurent se sont dispersés et ont été intégrés à d'autres groupes autochtones. »

Les Iroquoiens du Saint-Laurent ont été victimes d'une alliance temporaire entre Hurons-Wendat et Iroquois. Ensuite, Hurons-Wendat et Iroquois se sont fait la guerre. Les Hurons-Wendat ont quitté l'Ontario et se sont réfugiés près de la colonie française de Québec et les Mohawks, l'une des cinq nations iroquoises, se sont installés près de celle de Montréal. Cela dit, les Hurons-Wendat et les Mohawks d'aujourd'hui considèrent que les Iroquoiens du Saint-Laurent ne formaient pas un groupe distinct, note M. Gates St-Pierre. « Les Hurons décrivent leur installation à Québec comme un retour à leur territoire traditionnel. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer