Un «vaccin» pour s'immuniser contre les fausses nouvelles

Pour étudier les fausses nouvelles, les chercheurs ont... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Pour étudier les fausses nouvelles, les chercheurs ont demandé à plus de 2000 Américains d'estimer l'ampleur du consensus scientifique sur l'idée que l'être humain est responsable du réchauffement climatique. Puis ils se sont amusés à faire bouger l'aiguille des participants en les bombardant de toutes sortes d'énoncés.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'expression « fausse nouvelle » est sur toutes les lèvres, y compris celles de Donald Trump. Et comme on dit souvent que les fausses rumeurs sont virales, des chercheurs ont voulu vérifier si on peut s'en immuniser avec un « vaccin » - un avertissement servi en petite dose qui augmente la résistance à la désinformation. Résultat : testé aux États-Unis, le vaccin fonctionne autant chez les démocrates que chez les républicains. Explications.

La thèse est pour le moins audacieuse : si les fausses nouvelles se propagent comme des virus qui déclenchent des épidémies, on peut les atténuer avec des vaccins. C'est pourtant ce que vient de démontrer un groupe de chercheurs dans un article scientifique brûlant d'actualité.

«En médecine, la résistance à un virus peut être conférée en exposant quelqu'un à une version atténuée du virus. [...] La théorie psychosociale de l'inoculation d'attitude suit une logique similaire», expliquent des scientifiques des universités Cambridge, Yale et George Mason (Virginie) dans une étude publiée dans le journal sérieux Global Challenges.

Ces mots savants veulent dire une chose simple : en exposant des gens à de petites doses de fausses informations, puis en déboulonnant ces faussetés, il est possible de réduire l'influence des fausses nouvelles.

«Il y aura toujours des gens qui résistent complètement au changement, admet Sander van der Linden, professeur adjoint en psychologie sociale à l'Université Cambridge et premier auteur de l'étude, dans un article publié par l'institution. Mais nous tendons à montrer qu'il y a moyen de changer la façon de penser de la plupart des autres, ne serait-ce qu'un peu.»

La découverte risque de susciter un intérêt considérable au moment où les fausses nouvelles sont sur toutes les lèvres. Facebook est accusé d'en véhiculer et a promis de les combattre, et plusieurs experts estiment qu'elles ont contribué à l'élection de Donald Trump. Le nouveau président américain a lui-même retourné l'expression contre certains médias lors de sa première conférence de presse.

Un sujet chaud

Pour étudier les fausses nouvelles, les chercheurs ont choisi un sujet particulièrement chaud qui polarise les Américains : les changements climatiques. Ils ont demandé à plus de 2000 Américains d'estimer, en pourcentage, l'ampleur du consensus scientifique sur l'idée que l'être humain est responsable du réchauffement climatique. Puis ils se sont amusés à faire bouger l'aiguille des participants en les bombardant de toutes sortes d'énoncés.

Premier constat : les convictions des gens sont modifiables. En présentant la vérité aux participants (soit que 97% des experts sur le climat jugent qu'un réchauffement est en cours et que l'être humain en est responsable), les chercheurs ont observé que les participants changent leur pourcentage à la hausse. Lorsqu'on leur sert plutôt un énoncé faux affirmant qu'il n'existe aucun consensus scientifique sur le rôle de l'être humain dans le réchauffement climatique, ils revoient leur pourcentage à la baisse.

Et si on leur balance coup sur coup les énoncés vrai et faux? Les deux se neutralisent et la perception des participants demeure inchangée, ce qui montre tout le pouvoir des fausses nouvelles. Pire : dans cette situation, les électeurs qui se définissent comme républicains rajustent leur pourcentage à la baisse, ce qui indique qu'ils ont été plus réceptifs à la fausse information qu'à la vraie.

«Il est dérangeant de penser que la désinformation est si puissante dans nos sociétés», commente Sander van der Linden dans l'article publié par Cambridge.

Exposer pour immuniser

Ensuite, les chercheurs ont sorti leurs «vaccins». Ils ont «attaqué» les convictions initiales des participants en leur disant que «certains groupes ayant des motivations politiques utilisent des tactiques trompeuses pour convaincre le public qu'il existe une forte dissension parmi les scientifiques». Puis ils ont rectifié les faits en affirmant qu'une telle dissension n'existe pas.

Les scientifiques ont aussi mis au point une version élaborée du «vaccin». Par des sondages, ils ont découvert que la fausseté la plus populaire auprès des participants provient d'un projet appelé Oregon Petition. Ce groupe prétend avoir recueilli les signatures de 31 000 scientifiques américains affirmant que le CO2 dégagé par l'homme ne joue aucun rôle dans le réchauffement du climat.

Les chercheurs ont ensuite attaqué spécifiquement cette pétition. Ils ont montré aux participants que certaines signatures sont frauduleuses (Charles Darwin et des filles des Spice Girls y figurent) et que moins de 1% des signataires possèdent une formation en science du climat.

Donner de tels avertissements aurait pu braquer les participants les plus convaincus et alimenter les théories du complot. Or, ce ne fut pas le cas. Comme un vaccin qui stimule le système sans l'attaquer vraiment, les deux formes de «vaccins psychologiques» se sont avérées efficaces.

Lorsqu'ils étaient présentés avant la fausse information, les vaccins ont réduit la portée de celle-ci. En moyenne, les participants ont modifié leur opinion de 6,5 points de pourcentage en faveur du consensus scientifique.

«Nous avons découvert que les messages d'inoculation étaient aussi efficaces à modifier les opinions des républicains et des indépendants que des démocrates dans une direction compatible avec les conclusions de la science du climat», précise Sander van der Linden.

Les chercheurs concluent leur article en avançant que communiquer certains faits, comme le haut niveau de convergence des experts sur les questions climatiques, peut s'avérer efficace pour dépolariser les débats publics. Chose certaine, plusieurs seront rassurés de savoir qu'en cette ère qu'on dit «post-factuelle», dire la vérité peut encore contribuer à modifier les opinions.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer