Création d'une nouvelle cape d'invisibilité fine et souple

Une cape d'invisibilité fine et souple prenant la forme de l'objet à dissimuler... (Photo archives AFP)

Agrandir

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Une cape d'invisibilité fine et souple prenant la forme de l'objet à dissimuler vient d'être mise au point aux États-Unis, marquant un nouveau progrès dans les efforts des chercheurs pour faire de la science-fiction une réalité.

Cette cape est encore microscopique: à peine 80 nanomètres (un nanomètre équivaut à un milliardième de mètre). Mais ses fondements scientifiques devraient permettre d'en augmenter les dimensions pour faire disparaître des objets beaucoup plus grands, à l'instar de celle de l'apprenti-sorcier Harry Potter.

Elle a été conçue au Lawrence Berkeley National Laboratory, qui dépend du ministère américain de l'Énergie.

Cet équipement, présenté jeudi dans la revue américaine Science, utilise des éléments d'or qui  agissent comme des nano-antennes et réorientent la lumière, rendant l'objet recouvert optiquement indétectable.

Les chercheurs ont ainsi recouvert un objet tridimensionnel de la taille de quelques cellules biologiques avec cette pellicule d'invisibilité, le faisant littéralement disparaître.

«C'est la première fois qu'un objet en trois dimensions de forme quelconque a ainsi été rendu invisible», explique Xiang Zhang, directeur de la division des sciences des matériaux au Laboratoire national Lawrence Berkeley.

«Notre cape ultra-fine ressemble bien désormais à une cape. Elle est simple à concevoir et à faire fonctionner et pourrait être fabriquée en tailles normales pour dissimuler des objets macroscopiques», assure le scientifique.

C'est la diffusion de la lumière visible, en infrarouge ou en rayons X, et son interaction avec la matière qui permet d'observer les objets, expliquent les scientifiques.

Ces lois de la physique peuvent être modifiées grâce à des méta-matériaux, des nano-structures artificielles aux propriétés électromagnétiques n'existant pas dans la nature.

Les premières «capes» d'invisibilité étaient volumineuses et difficiles à fabriquer en grandes dimensions. De plus, elles laissaient apparaître une différence entre la partie dissimulée par la cape et l'environnement immédiat, la rendant détectable.

Ce qui n'est pas le cas avec la nouvelle cape:  l'objet disparaît, sans différence entre le voile d'invisibilité et ses alentours. Et elle peut être activée et désactivée en modifiant la polarisation des nano-antennes, précisent les chercheurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer