Un oiseau de 12 grammes peut voler sans escale au-dessus de l'Atlantique

Une paruline rayée... (PHOTO FOURNIE PAR L'OBSERVATOIRE D'OISEAUX DE TADOUSSAC)

Agrandir

Une paruline rayée

PHOTO FOURNIE PAR L'OBSERVATOIRE D'OISEAUX DE TADOUSSAC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Paris

La paruline rayée, un oiseau qui pèse seulement 12 grammes, effectue sa migration de l'Amérique du Nord vers l'Amérique du Sud en survolant l'océan Atlantique sans s'arrêter pendant deux à trois jours, selon une étude publiée mardi.

Depuis cinquante ans, les scientifiques cherchaient à confirmer cette prouesse. Une équipe internationale de biologistes, qui publient le résultat de leurs travaux dans la revue scientifique britannique Biology Letters, est convaincue d'avoir trouvé des «preuves irréfutables».

«Il s'agit d'un des plus longs voyages directs au-dessus de l'eau enregistrés pour un oiseau chanteur», s'enthousiasme un des auteurs de l'étude, le chercheur Bill DeLuca, dans un communiqué publié par l'Université du Massachusets à Amherst.

L'oiseau habite en général les forêts boréales du Canada et des États-Unis entre le printemps et l'automne. Puis il prend son envol pour rejoindre les Grandes Antilles ou les côtes situées au nord de l'Amérique du Sud pour sa période d'hibernation.

Pour avoir des précisions sur sa trajectoire de migration, les chercheurs ont installé des géolocalisateurs miniatures pesant 0,5 grammes sur 40 oiseaux de cette espèce entre mai et août 2013: 20 au départ du Vermont et 20 de la Nouvelle-Ecosse.

Grâce aux données récupérées sur cinq oiseaux capturés lors de leur retour en Amérique du Nord, les scientifiques ont constaté que les parulines rayées parcourent entre 2270 à 2770 kilomètres pour un vol qui dure entre 2,5 jours à 3 jours.

«C'était incroyable de récupérer ces oiseaux car le voyage migratoire en lui-même est presque impossible», estime M. DeLuca.

Les oiseaux «se ravitaillent le plus possible et dans certains cas doublent leur poids» pour préparer ce périple, explique le chercheur Ryan Norris, de l'Université de Guelph, en Ontario, cité dans un communiqué.

«Il n'y a plus aucun doute que la paruline rayée effectue l'une des migrations les plus audacieuses sur Terre», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer