Un ancien scénario pour la formation de la Lune refait surface

L'hypothèse la plus largement répandue sur l'origine de... (PHOTO MATHIEU WADDELL, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'hypothèse la plus largement répandue sur l'origine de la lune est celle d'une seule et énorme collision entre la Terre et un corps de la taille de Mars, peu après la formation du système solaire.

PHOTO MATHIEU WADDELL, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

De multiples impacts de corps célestes sur notre planète embryonnaire pourraient être à l'origine de la formation de la Lune, selon une étude publiée lundi dans la revue Nature Geoscience qui ravive un ancien scénario.

La Lune est le fidèle compagnon de la Terre depuis 4,5 milliards d'années, mais le mystère de son origine n'a pas encore été résolu de façon définitive.

L'hypothèse la plus largement répandue est celle d'une seule et énorme collision entre la Terre et un corps de la taille de Mars, peu après la formation du système solaire.

La collision aurait arraché une grande partie de la matière de la Terre qui, plus tard, se serait agglomérée pour former notre satellite.

Mais avec un tel scénario, les scientifiques estiment qu'un cinquième du matériel de la Lune devrait provenir de la Terre et le reste du deuxième corps. Or, les échantillons provenant de la Terre et la Lune sont pratiquement identiques.

Raluca Rufu, de l'Institut Weizmann des Sciences à Rehovot, et deux autres scientifiques israéliens ont créé, par simulation numérique, près d'un millier de collisions entre une proto-Terre (nom donné au premier stade géologique de la Terre) et des planètes embryonnaires, plus petites que Mars.

Ils ont constaté que chaque collision de ce type entraînait la formation d'un disque de débris autour de la Terre. Les morceaux se compactent ensuite pour former une mini-lune. Si le phénomène se répète, plusieurs mini-lunes se créent qui assemblées peuvent donner naissance à la Lune.

Une vingtaine d'accidents de ce genre auraient été nécessaires pour construire le satellite de la Terre, selon l'équipe qui admet que des recherches plus approfondies sont nécessaires pour expliquer la mécanique de fusion des mini-lunes en Lune.

« Au début du système solaire, les collisions étaient très courantes, il est donc plus naturel que plusieurs impacteurs assez communs soient à l'origine de la Lune plutôt qu'un spécial », a expliqué à l'AFP Raluca Rufu.

Selon les simulations des chercheurs, les impacts générés par les planètes embryonnaires produisent des mini-lunes essentiellement composées par des éléments terrestres et non par l'impacteur.

« Cette dernière étude a ravivé le scénario jusqu'alors largement abandonné qu'une série d'impacts plus petits et plus communs seraient à l'origine de la formation de la Lune, plutôt qu'un énorme choc unique », note Gareth Collins, de l'Imperial College de Londres, dans un commentaire publié par la revue.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer