SpaceX demande l'aide du public dans son enquête sur l'explosion de sa fusée

Le lanceur Falcon 9 a explosé sur son... (PHOTO REUTERS/TWITTER)

Agrandir

Le lanceur Falcon 9 a explosé sur son pas de tir à Cap Canaveral en Floride le 1er septembre, lors du remplissage des réservoirs en vue d'un essai statique de mise à feu des moteurs avant un lancement prévu deux jours après.

PHOTO REUTERS/TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La société américaine SpaceX a lancé vendredi un appel au public pour récupérer photos, vidéos et enregistrements sonores de l'explosion au sol de sa fusée début septembre, pouvant lui être utile pour déterminer la cause de l'accident.

«Si vous possédez un enregistrement, des photos ou des vidéos de notre anomalie la semaine dernière, nous vous demandons, s'il vous plait, de les envoyer à report@spacex.com car de tels éléments pourraient être utiles à l'enquête», a écrit la firme californienne sur Twitter.

Elon Musk, fondateur et patron de SpaceX, avait envoyé un peu plus tôt un tweet similaire, s'adressant directement à certains organismes.

«L'aide et les conseils de la Nasa, de la FAA (autorité de l'aviation civile) et de l'AFPAA (US Air Force) et d'autres seraient les plus appréciés. S'il vous plait, envoyez tout enregistrement de l'explosion à report@spacex.com», écrivait-il.

Le lanceur Falcon 9 a explosé sur son pas de tir à Cap Canaveral en Floride le 1er septembre, lors du remplissage des réservoirs en vue d'un essai statique de mise à feu des moteurs avant un lancement prévu deux jours après.

Dans un précédent message posté jeudi sur le réseau social, M. Musk avait évoqué la complexité inédite de cette anomalie en quatorze ans d'existence de SpaceX.

«Nous poursuivons l'enquête sur l'embrasement de Falcon 9 qui s'avère être la défaillance la plus problématique et complexe à laquelle la société ait eu à faire face depuis 14 ans», disait-il.

Cet accident s'est produit quinze mois après une première explosion d'une fusée Falcon 9 peu après son décollage. C'est un nouveau sérieux revers pour la jeune société aux nombreux succès.

L'explosion au niveau du dernier étage du lanceur, suivie par un gigantesque embrasement, a détruit un satellite de télécommunications israélien de 200 millions de dollars. Un canal devait être utilisé par le géant Facebook avec l'opérateur français Eutelsat pour développer l'accès à internet en Afrique subsaharienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer