Espace: la Chine dévoile le robot qu'elle veut envoyer sur Mars

Le « rover », d'un poids de 200 kilos, sera muni... (Photo China Daily via REUTERS)

Agrandir

Le « rover », d'un poids de 200 kilos, sera muni de six roues et de quatre panneaux solaires, et devrait être opérationnel durant environ 92 jours.

Photo China Daily via REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Pékin

La Chine a dévoilé les premières images de synthèse du véhicule téléguidé qu'elle compte faire débarquer sur Mars en 2020, une mission aux défis « sans précédent », a annoncé mercredi un média d'État.

Pékin, qui investit des milliards d'euros dans son ambitieux programme spatial pour combler son retard sur les États-Unis et l'Europe, avait annoncé en avril sa volonté d'envoyer un tel « rover » vers Mars.

Zhang Rongqiao, le concepteur en chef du projet, a déclaré mardi viser un lancement pour juillet ou août 2020, selon l'agence officielle Chine nouvelle.

« Les défis à relever sont sans précédent », a-t-il cependant souligné.

Une fusée « Longue Marche-5 » sera lancée depuis le nouveau pas de tir chinois de Wenchang, dans la province insulaire de Hainan (sud), a indiqué l'agence, citant Ye Peijian, un conseiller de la mission.

L'atterrisseur se séparera de l'orbiteur à la fin d'un voyage Terre-Mars d'environ sept mois et devrait se poser près de l'équateur de la planète rouge, d'où le véhicule devrait explorer la surface martienne, a indiqué Chine nouvelle.

Le « rover », d'un poids de 200 kilos, sera muni de six roues et de quatre panneaux solaires, et devrait être opérationnel durant environ 92 jours, selon la même source.

Il emportera 13 équipements -- dont un appareil photo de télédétection et un radar -- chargés d'étudier la composition du sol, de l'environnement et de l'atmosphère, à la recherche notamment de traces d'eau et de glace.

Le programme spatial de Pékin, source de fierté nationale et dirigé par l'armée, est symbolique du statut international croissant occupé par la Chine.

Le premier véhicule téléguidé lunaire chinois -- le « Lapin de Jade » -- a été lancé fin 2013, alternant sur la Lune prouesses, problèmes techniques et résurrections, avant de finalement s'éteindre début août, à la fin d'une vie plus longue qu'espérée.

Pour autant, la Chine s'est pour l'instant principalement contentée de rééditer les exploits spatiaux déjà réalisés par les États-Unis et l'Europe.

Pékin a également été devancé par l'Inde, devenue en septembre 2014 le premier pays d'Asie à atteindre Mars avec une sonde low-cost placée en orbite autour de la planète rouge.

Les États-Unis ont déjà fait se poser deux véhicules téléguidés sur Mars, et l'ex-URSS ainsi que l'Agence spatiale européenne (ESA) ont également effectué des missions vers la planète.

En 2011, la première tentative chinoise d'envoi d'un satellite en orbite autour de Mars s'était soldée par un échec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer