Des satellites lancés pour étudier vents solaires et champ magnétique

Les tempêtes solaires entrent en collision avec des... (Photo Bill Braden, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les tempêtes solaires entrent en collision avec des particules et des gaz présents dans l'atmosphère de la Terre, créant des aurores boréales.

Photo Bill Braden, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse

La NASA a lancé avec succès jeudi soir quatre vaisseaux spatiaux identiques (MMS) destinés à étudier les interactions, mal comprises, entre les vents solaires et le champ magnétique terrestre qui peuvent fortement perturber les télécommunications, le GPS et le réseau électrique.

La fusée Atlas V de la société américaine United Launch Alliance transportant les quatre satellites empilés les uns sur les autres a décollé de son pas de tir de la station de l'Armée de l'Air de Cap Canaveral en Floride à 22h44 comme prévu au début d'une fenêtre de tir de 30 minutes.

Les quatre satellites ont été déployés avec succès les uns après les autres du deuxième étage du lanceur une heure 45 minutes après le lancement, a indiqué la NASA.

«La séparation de l'astronef est totale», a annoncé la NASA deux heures après le lancement dans un communiqué.

Ils circuleront sur une orbite d'un périgée de 7500 km et d'un apogée de 75 000 km dans une première phase de la mission.

Ce quatuor de vaisseaux spatiaux de 1,2 tonne chacun de forme octogonale de la mission «Magnetospheric Multiscale» ou MMS volera en formation pyramidale, ce qui permettra d'obtenir des observations en trois dimensions et de recueillir un grand nombre de données de cette région de collision entre la magnétosphère terrestre et les particules solaires arrivant à grande vitesse et formant leur propre champ magnétique, à environ 60 000 km de la Terre.

Le champ magnétique de la Terre protège normalement de ces particules, mais quand il y a des éruptions solaires de forte puissance, il se produit un phénomène dit de reconnexion magnétique dans la magnétosphère terrestre responsable des aurores boréales, mais aussi des orages magnétiques pouvant perturber le fonctionnement des satellites de communications et le réseau électrique.

«La reconnexion magnétique est l'un des facteurs les plus importants dans les phénomènes météorologiques spatiaux», a souligné Jeff Newmark, directeur par intérim de la division d'héliophysique de la NASA.

«Les éruptions solaires, les éjections de masse coronale, les tempêtes géomagnétiques... tous ces phénomènes comportent la libération par reconnexion magnétique d'énergie stockée dans les champs magnétiques», explique-t-il.

Cette mission de 1,1 milliard de dollars doit durer deux ans pour étudier ce phénomène.

Lors d'une première phase, les sondes MMS scruteront la région où le vent solaire vient se heurter au champ magnétique terrestre puis, à l'opposé par rapport à la Terre, dans la queue de la magnétosphère.

À la différence des précédentes missions d'étude des reconnexions magnétiques, les satellites MMS auront une résolution suffisamment grande pour saisir ce phénomène en temps réel, quand il se produit.

Le quartet de satellites entamera la mission scientifique en septembre le temps de calibrer les instruments.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer