Sur Mars, des vents décoiffent les dunes

On sait depuis longtemps que le paysage martien... (PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE/ISRO)

Agrandir

On sait depuis longtemps que le paysage martien est érodé par des phénomènes éoliens.

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE/ISRO

Agence France-Presse
Paris

Des vents puissants balaient fréquemment la planète Mars, soulevant le sable et déplaçant les dunes, affirment des chercheurs qui soulignent que les robots envoyés sur la planète rouge doivent s'y préparer.

On sait depuis longtemps que le paysage martien est érodé par des phénomènes éoliens. Des tempêtes de sable ont déjà pu être observées. Mais, jusqu'à présent, on pensait que rares étaient les vents assez efficaces pour transporter les grains de sable, du fait de l'atmosphère ténue qui règne sur la planète rouge, souligne une étude publiée mardi par Nature Communications.

L'atmosphère sur Mars est cent fois moins dense que l'atmosphère terrestre. Les dunes sont présentes presque partout sur cette planète, leurs formes sont extrêmement diverses et beaucoup n'ont pas d'équivalent terrestre.

«Nous avons observé que les dunes sur Mars se déplacent et que la vitesse de leur déplacement varie avec les saisons. Un constat qui contredit l'idée couramment admise d'un paysage martien statique, où les vents capables de soulever le sable seraient très rares», déclare le chercheur François Ayoub, interrogé par l'AFP.

M. Ayoub, qui travaille au département des sciences planétaires de l'Institut de technologie de Californie à Pasadena, s'est intéressé avec ses collègues au champ de dunes Nili Patera, repéré comme un des plus actifs de la planète rouge.

Ils ont mesuré le déplacement des rides sur les dunes de cette zone à partir d'images recueillies sur la durée d'une année martienne par la sonde spatiale américaine Mars Reconnaissance Orbiter.

«Dans cette zone, on a découvert qu'il y avait presque quotidiennement des vents transportant du sable pendant la haute saison venteuse», selon M. Ayoub.

Les chercheurs ont utilisé ces observations et un modèle atmosphérique pour calculer la force du vent nécessaire pour soulever les grains de sable.

Ces résultats présentent un intérêt pour les robots qui explorent Mars, relève le chercheur. «Une bonne prévision des vents et de leur teneur en sable est importante pour éviter à un robot d'essuyer un «sablage» violent sans y être préparé», estime M. Ayoub.

Le robot américain Curiosity qui va bientôt traverser un champ de dunes dans le cratère de Gale sera sans doute confronté à des coups de vent chargés de sable», ajoute-t-il.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer