L'envoi par l'Iran d'un singe dans l'espace violerait une résolution de l'ONU

L'Iran a affirmé lundi avoir fait un «grand... (Photo AFP)

Agrandir

L'Iran a affirmé lundi avoir fait un «grand pas» dans son projet de vol humain dans l'espace d'ici 2020, en envoyant à bord d'une capsule, à 120 kilomètres d'altitude, un singe qui est revenu vivant de ce voyage.

Photo AFP

Partager

Agence France-Presse
Washington, DC

Les États-Unis ont prévenu que l'Iran, s'il a bien réussi comme il l'affirme à envoyer un singe dans l'espace, a violé une résolution de l'ONU condamnant son programme balistique.

«J'ai vu les images de ce pauvre petit singe se préparant à aller dans l'espace. Nous n'avons aucun moyen de confirmer d'une manière ou d'une autre ce qui est arrivé à ce primate», s'est d'abord amusée la porte-parole du département d'État, Victoria Nuland.

L'Iran a affirmé lundi avoir fait un «grand pas» dans son projet de vol humain dans l'espace d'ici 2020, en envoyant à bord d'une capsule, à 120 kilomètres d'altitude, un singe qui est revenu vivant de ce voyage.

Mme Nuland a rappelé les «inquiétudes bien connues» des États-Unis face au «développement par l'Iran de technologies pour lancer des engins dans l'espace».

«Tout lancement dans l'espace d'un engin capable de placer un objet en orbite est directement lié au développement de missiles balistiques de longue portée», a jugé la porte-parole. Elle a réaffirmé que la «résolution 1929 du Conseil de sécurité de l'ONU interdisait à l'Iran de mener toute activité liée à des missiles balistiques capables de porter des armes nucléaires».

Sans pouvoir «confirmer» l'envoi par Téhéran d'un singe dans l'espace, Mme Nuland a jugé que ce lancement «tomberait sous le coup de la résolution 1929».

Le programme spatial iranien est suivi de près par la communauté internationale, qui s'inquiète de ses possibles implications militaires.

Les Occidentaux soupçonnent l'Iran, malgré ses démentis, de chercher à développer des lanceurs balistiques à longue portée capables d'emporter des charges conventionnelles ou nucléaires, et ils ont fermement condamné tous les lancements de satellites iraniens. Pour la même raison, le programme balistique iranien a été condamné à plusieurs reprises par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer