Pluton a rougi, selon les astronomes américains

Pluton et ses trois lunes.... (Archives AFP)

Agrandir

Pluton et ses trois lunes.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Seth Borenstein
Associated Press
Washington

L'astre déclassé, Pluton, a changé d'aspect, en rougissant et en modifiant sa calotte glaciaire, d'après les observations du télescope Hubble.

Les spécialistes de l'astronomie ont été surpris de cette prise de couleur de l'ex-planète, depuis dégradée au rang d'astre nain.

Des photos récemment publiées, envoyées par le télescope de l'espace, indiquent que Pluton est nettement plus rouge que lors des décennies précédentes. Pour l'amateur, ce n'est qu'une teinte jaune-orange, mais les astronomes considèrent qu'il est environ 20% plus rouge qu'autrefois.

Les images renvoyées par Hubble montrent aussi que l'azote gelé à la surface de l'astre lointain augmente ou rétrécit, selon les endroits. La glace est devenue plus brillante au nord, et plus sombre au sud. Les observateurs en concluent que Pluton change plus rapidement que d'autres corps célestes du système solaire dont ils suivent les variations.

«C'est un peu surprenant de voir que ces changements se produisent si vite et avec autant d'ampleur» souligne Marc Buie, astronome au Southwest Research Institute, à Boulder, Colorado. Selon lui, «c'est sans précédent».

Entre 1954 et 2000, Pluton n'avait pas varié de couleur, d'après les photos prises depuis la Terre. Mais depuis peu, l'astre évolue. Pour Marc Buie, le rouge a progressé de 20 à 30% jusqu'en 2002, la date des derniers clichés disponibles, avant de se stabiliser. Pluton n'atteint tout de même pas le niveau de rouge de Mars, qui reste la planète rouge du système solaire.

Pourquoi ce rouge? L'expert l'attribue au méthane, composé d'hydrogène et de carbone. Les molécules d'hydrogène sont frappées par les vents solaires et d'autres turbulences, qui libèrent du carbone à la surface de Pluton. C'est ce qui produit les couleurs rouge et noir. Mais pourquoi la couleur change si vite, l'astronome ne le sait pas. Il a hésité plusieurs années à l'annoncer, craignant se méprendre. Pourtant, comme la couleur de la lune de Pluton, Charon, n'a pas varié, la nouvelle pigmentation de l'astre nain ne peut pas être due seulement à une erreur d'instrument.

Par ailleurs, il fait un froid inhumain sur cet astre. Aux points les plus brillants, la température serait de moins 230 degrés Celsius, et selon Marc Buie, aux points les plus sombres, elle est probablement de 17 degrés de plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer