Armes nucléaires: 12 minutes pour prévenir l'apocalypse

Selon des scientifiques atomistes, le président américain, par... (Photo Archives Associated Press)

Agrandir

Selon des scientifiques atomistes, le président américain, par exemple, dispose d'environ 12 minutes pour décider d'une riposte en cas d'attaque nucléaire. Ce temps est réduit à 5 minutes si le missile est lancé d'un sous-marin au large de la côte Est.

Photo Archives Associated Press

Ce matin, le Bulletin des scientifiques atomistes révélera l'heure de 2018 à sa célèbre horloge de l'Apocalypse - celle qui indique le degré de danger, ou le nombre de minutes qui sépare l'humanité de sa disparition. Pour l'occasion, La Presse s'est entretenue avec Bruce G. Blair, politologue de l'Université Princeton qui a déjà travaillé comme officier dans un silo à missiles américain.

Dévoilement de l'horloge de l'Apocalypse l'année dernière... (Photo Carolyn Kaster, Archives Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Dévoilement de l'horloge de l'Apocalypse l'année dernière

Photo Carolyn Kaster, Archives Associated Press

Question: Est-ce que le compte à rebours nucléaire a changé au fil des ans ?

Réponse: Pas vraiment depuis les années 60. Le temps de vol des missiles intercontinentaux russes est d'une demi-heure, ça ne laisse pas beaucoup de marge de manoeuvre.

Q: Est-ce que le bouclier antimissile change la donne ?

R: Il ne serait efficace ni contre la Russie ni contre la Chine, qui ont trop de missiles. Pour le moment, son efficacité est douteuse même contre des missiles nord-coréens, mais il y aura certainement une discussion sur le sujet. La décision d'utiliser le bouclier antimissile devrait être prise au moment de l'authentification de l'attaque nucléaire par le NORAD [North American Aerospace Defense Command, ou Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord], au Colorado. Le problème, c'est que l'interception aura lieu dans les 10 dernières minutes avant l'impact, alors ça laisse très peu de temps pour que ça influence la décision de lancer une attaque américaine. Il faut aussi faire attention à ce que les intercepteurs du bouclier ne soient pas interprétés comme une attaque nucléaire par la Chine ou la Russie.

Q: La Russie ou la Chine ont-elles tenté de vérifier les limites du compte à rebours nucléaire américain ?

R: Non, ça n'aurait pas été dans leur intérêt, parce que ça aurait eu l'air d'une attaque. L'inquiétude, c'est que la Chine ait réussi à insérer un virus dans le matériel informatique, dont certains composants sont fabriqués en Chine. Une autre possibilité est que la Chine ou la Russie parvienne à bloquer les communications du NORAD. Ça diminuerait le temps dont dispose le président pour prendre une décision. Évidemment, si un missile balistique est lancé d'un sous-marin au large de la côte Est, le temps de vol est réduit de 30 à 15 minutes, et le président aurait 5 minutes plutôt que 12 pour prendre une décision.

Q: La marine américaine a-t-elle la capacité d'empêcher un sous-marin russe de lancer une attaque nucléaire ?

R: Durant la guerre froide, les sous-marins américains d'attaque suivaient de près tous les sous-marins russes dotés de missiles nucléaires, mais il n'était probablement pas possible d'empêcher qu'ils soient 100 % hors d'état de nuire. Depuis, la marine russe les laisse généralement près de ses ports, dans la mer de Barents [au nord de la Norvège], pour les protéger.

Q: Le compte à rebours nucléaire russe est-il similaire à celui des États-Unis ?

R: La Russie a en ce moment des problèmes de détection parce que ses satellites militaires ne couvrent plus les États-Unis à tout moment. Elle a automatisé son système, parce qu'elle ne se fie pas aux capacités de ses militaires. Cette centralisation du commandement militaire existe depuis l'époque des tsars. Ça permet de réagir plus rapidement, mais ça minimise la capacité des humains à corriger les erreurs des machines. L'automne dernier, un colonel soviétique qui avait évité une guerre nucléaire en 1983, Stanislav Petrov, est mort. Il avait décidé de ne pas relayer la détection de missiles, qui étaient en fait des phénomènes lumineux inhabituels liés à la réflexion du Soleil sur les nuages. Un satellite avait interprété ces signaux comme le panache de missiles intercontinentaux américains au décollage.

Q: Et la Chine ?

R: Traditionnellement, ses bombes nucléaires ne sont pas en état d'alerte. Elles sont même stockées toutes au même endroit, comme celles de la France. Leur philosophie est différente : en cas de crise, ils cacheraient leurs missiles de manière à en conserver un ou deux en cas d'attaque. Ils ne peuvent de toute façon pas complètement détruire l'arsenal nucléaire américain, comme le veut la doctrine de destruction mutuelle assurée (MADD) qui empêchait l'URSS et les États-Unis d'envisager de gagner une guerre nucléaire durant la guerre froide. Mais ça pourrait changer, parce que les Chinois commencent à tester le déploiement de missiles nucléaires sur des sous-marins et des remorques mobiles.

Il y a 10 ans, des politologues américains ont avancé que les États-Unis avaient la capacité de détruire complètement l'arsenal nucléaire russe avant que la Russie ne détecte l'attaque, à cause de trous dans les systèmes satellite et radar russes de détection de missiles. Qu'en pensez-vous ?

Je pense que cette étude minimisait la capacité des Russes à protéger leurs missiles nucléaires dans des bunkers. Cela dit, il est vrai que la capacité russe de détecter les missiles américains n'est pas encore rétablie.

Q: Et la Corée du Nord ?

R: Son système est encore très centralisé et ne comporte pas de système de détection d'une attaque américaine. Les Coréens n'ont pas de satellites. Mais étant donné les progrès de la technologie, il est probable que d'ici une décennie, ils pourraient s'ils le voulaient avoir un système de détection rudimentaire.

De la détection à la riposte

MINUTE 0 : Une attaque nucléaire est détectée par le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) à Colorado Springs, qui avertit le Pentagone.

MINUTE 3 : Le Pentagone informe le président et ses conseillers de l'attaque et des « options nucléaires » américaines.

MINUTE 4 : Le président a ensuite 12 minutes pour décider ce qu'il fera. S'il décide de lancer les missiles américains, il doit authentifier l'ordre avec une carte appelée « biscuit », qui contient des chiffres et des lettres sur plusieurs lignes. Le Pentagone demandera certains détails sur la carte.

MINUTE 16 : Le Pentagone envoie aux officiers responsables des missiles nucléaires les codes d'identification de l'ordre, les codes de déblocage des missiles, le code du plan préétabli déterminant quels missiles seront lancés (il y a 420 missiles dans des silos et 1000 dans des sous-marins), ainsi que le moment du lancement.

MINUTE 18 : Les officiers responsables des missiles authentifient l'ordre.

MINUTE 19 : Les missiles sont lancés. Les missiles lancés à partir des silos terrestres mettent 30 minutes à atteindre leur cible.

En chiffres

RUSSIE : 7000 bombes nucléaires

ÉTATS-UNIS : 6800 bombes nucléaires

FRANCE : 300 bombes nucléaires

CHINE : 260 bombes nucléaires

ROYAUME-UNI : 215 bombes nucléaires

PAKISTAN : 130 bombes nucléaires

INDE : 120 bombes nucléaires

ISRAËL : 80 bombes nucléaires

CORÉE DU NORD : moins de 15 bombes nucléaires

Source : Ploughshares




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer