Plus de 40 personnes libérées par un raid américano-afghan

Plus de 40 soldats et policiers ont été... (PHOTO MUNIR UZ ZAMAN, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Plus de 40 soldats et policiers ont été libérés d'une geôle tenue par les talibans en Afghanistan lors d'une opération militaire à laquelle des soldats américains ont participé.

PHOTO MUNIR UZ ZAMAN, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KABOUL

Plus de 40 soldats et policiers ont été libérés d'une geôle tenue par les talibans en Afghanistan lors d'une opération militaire américano-afghane soutenue par des hélicoptères, ont indiqué des responsables vendredi.

L'opération a été menée vendredi dans le district de Nawzad, dans la province du Helmand, une zone du sud du pays riche en opium.

Cette opération majeure contre une insurrection islamiste qui gagne du terrain intervient alors que des informations non confirmées font état du décès du chef des talibans, le mollah Akhtar Mansour.

«Les forces spéciales afghanes (...) ont mené une offensive avec des hélicoptères à Nawzad», a indiqué l'armée américaine.

«Après avoir sécurisé la prison, les forces afghanes ont libéré plus de 40 prisonniers, dont des policiers, des militaires et des membres de la police aux frontières», poursuit l'armée dans son communiqué.

Elle ne précise pas comment ni quand ces membres des forces de sécurité avaient été capturés.

Ce raid constitue un succès rare pour les troupes afghanes qui peinent à repousser une rébellion étendant son emprise vers le nord, au-delà de ses fiefs ruraux traditionnels dans le sud.

Les insurgés ont intensifié leurs offensives ces derniers mois, et brièvement pris le contrôle de la capitale provinciale de Kunduz (nord) fin septembre, leur plus grande victoire depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir en 2001.

La chute de Kunduz a constitué un échec cuisant pour les troupes afghanes formées par l'occident, qui se sont retrouvées presque seules face à l'ennemi depuis la fin de la mission de combat de l'OTAN en décembre.

La confusion régnait vendredi sur le sort du chef des talibans Akhtar Mansour, blessé lors d'une querelle pendant une réunion de chefs du mouvement selon des sources au sein du renseignement, et annoncé comme mort par un porte-parole gouvernemental afghan.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer