Les É.-U. critiquent les difficultés d'entrée en Israël d'Américano-Palestiniens

Le porte-parole du département d'État, John Kirby... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le porte-parole du département d'État, John Kirby

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis ont critiqué mardi leur allié israélien pour les difficultés auxquelles sont confrontés des citoyens américano-palestiniens et Arabes américains pour entrer en Israël.

«Le gouvernement américain demeure préoccupé par le traitement inéquitable infligé à des Palestiniens américains et à d'autres Arabes américains aux frontières et postes de contrôle israéliens», a dénoncé dans un communiqué le porte-parole du département d'État, John Kirby.

«Nous soulevons régulièrement auprès des autorités israéliennes nos inquiétudes sur la question d'un traitement égal pour tous les ressortissants des États-Unis aux points d'entrée» en Israël, a insisté le responsable.

Il répondait à des informations de presse faisant état de cas de ressortissants américains qui se seraient vu refuser l'entrée en Israël avec confiscation de leurs passeports. M. Kirby n'a pas répondu sur ces dossiers particuliers, encourageant les journalistes au département d'État à interroger les autorités israéliennes.

Il a toutefois rappelé la position de principe de Washington quant à la libre circulation de ses ressortissants: «un traitement égal et la liberté de voyager pour tous les citoyens américains, quelles que soient la nationalité ou le groupe ethnique d'origine».

Le département d'État a cependant rappelé dans son communiqué que «le gouvernement israélien considérait les voyageurs porteurs de pièces d'identité de l'AP (Autorité palestinienne, NDLR) (...) comme des résidents palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, même s'ils détiennent aussi la citoyenneté américaine».

«Des Palestiniens, y compris des binationaux, doivent entrer en Cisjordanie par le biais du pont Allenby depuis la Jordanie, avec des papiers de l'Autorité palestinienne, plutôt que par l'aéroport international Ben Gurion (près de Tel-Aviv), à moins qu'ils aient obtenu une autorisation d'une ambassade ou d'un consulat d'Israël pour des raisons humanitaires ou d'urgence», rappelle la diplomatie américaine.

Les relations entre les États-Unis et leur indéfectible allié israélien se sont énormément refroidies depuis plus d'un an, avec l'échec du dialogue direct entre Palestiniens et Israël en avril 2014 ainsi qu'avec l'accord sur le nucléaire iranien scellé en juillet dernier entre les grandes puissances et Téhéran.

Washington critique ainsi de plus en plus souvent la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens même si les États-Unis ne remettent pas en cause leur alliance militaire avec l'État hébreu et leur appui diplomatique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer