Espagne: enquête sur un possible 15e mort dans les attentats

Il pourrait y avoir un quinzième mort, dans... (Photo AFP)

Agrandir

Il pourrait y avoir un quinzième mort, dans un incident que la police ne lie pour l'heure pas aux attentats.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La police examinait dimanche le cadavre d'un homme retrouvé dans sa voiture qui avait forcé un contrôle de police afin de déterminer s'il était lui aussi mort dans les attentats de jeudi et de vendredi, ce qui porterait alors à quinze le nombre des personnes tuées.

Le chef de la police régionale catalane, Josep Lluis Trapero, a rappelé que le bilan officiel était de 14 morts : treize sur les Ramblas de Barcelone, renversés par une camionnette blanche, et une femme poignardée sur le bord de mer de Cambrils.

Douze de ces personnes ont été formellement identifiées et les deux autres devraient l'être d'ici à lundi, a précisé M. Trapero.

Mais il pourrait y avoir un quinzième mort, dans un incident que la police ne lie pour l'heure pas aux attentats.

Trois heures après le drame à 16h50 sur les Ramblas, une Ford Focus a échappé à un contrôle de police et est ensuite réapparue près de Barcelone, à Sant Just Desvern.

Son propriétaire, Pau Pérez Villan, 34 ans, résidant à Vilafranca del Penedès, a été retrouvé mort à l'intérieur, blessé à l'arme blanche, a confirmé à l'AFP la mairie de cette localité située à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Barcelone.

En reconstituant les faits, Josep Lluis Trapero a dit que le véhicule avait forcé le contrôle de police, blessant une policière. Les agents avaient alors ouvert le feu et, peu après, quelqu'un avait été aperçu partant en courant.

Les policiers ont d'abord cru que Pau Pérez Villan avait était tué par un de leurs tirs, mais l'autopsie a révélé que son corps n'avait «aucun impact de balle», a déclaré Josep Lluis Trapero.

La police cherche à savoir qui conduisait le véhicule, a-t-il ajouté.

«À l'heure actuelle, nous ne pouvons pas encore faire le lien» avec les attentats, mais si ce lien était établi, «nous aurions un cadavre de plus lié aux attentats».

Selon la mairie de Vilafranca, Pau Pérez, qui avait travaillé dans l'humanitaire à l'étranger, était employé dans une entreprise barcelonaise.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer