L'OTAN soutient Kiev face aux «actions agressives» de la Russie

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg et... (AP)

Agrandir

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg et le président ukrainien Petro Poroshenko.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kiev

L'OTAN est «solidaire» de l'Ukraine dans ses efforts pour faire face aux «actions agressives» de la Russie, a déclaré lundi le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg, en visite à Kiev pour une réunion de la Commission OTAN-Ukraine.

«La Russie a continué ses actions agressives contre l'Ukraine, mais l'OTAN et les alliés de l'OTAN soutiennent l'Ukraine et sont de votre côté», a déclaré Jens Stoltenberg au début de cette réunion.

«Nous sommes ici pour montrer la solidarité de l'OTAN avec l'Ukraine et notre soutien ferme à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de votre pays», a ajouté le secrétaire général de l'Alliance atlantique, à laquelle Kiev espère adhérer.

Lors d'une conférence de presse aux côtés du président ukrainien Petro Porochenko, Jens Stoltenberg a ensuite appelé la Russie à «retirer ses milliers de soldats d'Ukraine et arrêter de soutenir les rebelles».

En juin, le Parlement ukrainien a approuvé des amendements faisant de l'adhésion à l'OTAN une priorité de la politique extérieure de l'Ukraine, au risque d'augmenter un peu plus les tensions avec Moscou, qui considère toute extension de l'OTAN à ses frontières comme un signe d'agression à son égard.

Petro Porochenko a répété jeudi que l'Ukraine «est déterminée à mettre en place les réformes (...) pour respecter les critères d'adhésion» à l'Alliance.

«L'OTAN va continuer à supporter l'Ukraine sur le chemin d'une relation plus proche avec l'OTAN», a déclaré Jens Stoltenberg à ce sujet. Jusqu'à présent, l'OTAN n'a jamais évoqué concrètement les modalités d'une adhésion de l'Ukraine à l'Alliance.

La venue de M. Stoltenberg intervient au lendemain de la visite à Kiev du secrétaire d'État américain Rex Tillerson, qui a appelé la Russie à «faire le premier pas en faveur de la désescalade» dans l'est de l'Ukraine.

Plus de 10 000 personnes, civils et militaires des deux camps, ont trouvé la mort dans l'est de l'Ukraine depuis le déclenchement du conflit entre forces de Kiev et séparatistes prorusses en 2014, qui a suivi l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie.

Kiev et les Occidentaux accusent Moscou de soutenir militairement et financièrement les rebelles, ce que la Russie a toujours démenti.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer