Istanbul: manifestation dispersée et nombreuses arrestations

Plus de 30 000 policiers ont été déployés... (REUTERS)

Agrandir

Plus de 30 000 policiers ont été déployés à Istanbul pour la journée 1er mai, fête du Travail.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISTANBUL

La police turque a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc lundi pour disperser environ 200 manifestants qui souhaitaient rallier la place Taksim d'Istanbul à l'occasion du 1er mai, malgré l'interdiction des autorités, a constaté un journaliste de l'AFP.

La Turquie célèbre lundi la fête du Travail sous tension, deux semaines après un référendum dont le résultat est contesté par l'opposition et qui a considérablement renforcé les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan.

Le groupe de manifestants dispersé, composé de divers groupes de gauche, avait déroulé des banderoles portant des slogans contre le gouvernement, tels que «Longue vie au 1er mai, non au dictateur!», dans le quartier de Gayrettepe. Au moins l'un d'entre eux a été arrêté, a constaté l'AFP.

Dans le quartier voisin de Besiktas, au moins 60 personnes qui voulaient également se rendre à Taksim ont été arrêtées, selon un photographe de l'AFP.

La place Taksim a été le principal lieu de rassemblement pour le 1er mai jusqu'en 1977, lorsque 34 personnes avaient été tuées par des inconnus pendant des manifestations. Après avoir été réautorisés en 2010, les rassemblements y ont été à nouveau interdits après les grandes manifestations antigouvernementales de 2013.

Des barrages policiers ont ainsi été installés lundi pour bloquer les accès à la place située sur la rive européenne d'Istanbul.

«Nous allons à Taksim parce que c'est un lieu significatif pour la classe ouvrière», a expliqué Sevim, une manifestante, peu avant l'intervention des forces de l'ordre.

L'agence progouvernementale Anadolu a rapporté que 13 personnes qui ont tenté de manifester sur cette place ont été arrêtées.

Cette année, les rassemblements ont lieu sous le signe du référendum du 16 avril, qui portait sur une révision constitutionnelle renforçant les prérogatives du président et qui a été remporté par le camp du oui à 51,41%.

L'opposition conteste ce résultat, dénonçant notamment la décision par le Haut-Conseil électoral (YSK), le jour du scrutin, de compter comme valides les bulletins de vote non marqués du sceau officiel.

Ses recours ayant été rejetés à la fois par l'YSK et le Conseil d'État, le principal parti d'opposition (CHP, social-démocrate) a annoncé la semaine dernière vouloir saisir la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

«Nous ne pouvons pas accepter les résultats du référendum et la pression que nous avons subie (...) nous sommes là également pour faire entendre davantage notre voix et redonner de la force au non», a affirmé à l'AFP Türker Aksa, un étudiant qui manifestait à Bakirkoy, près de l'aéroport Atatürk sur la rive européenne d'Istanbul, où plusieurs milliers de personnes étaient réunies pour le rassemblement autorisé du 1er mai.

Plus de 30 000 policiers ont été déployés à Istanbul pour la journée, selon Anadolu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer