Purges: la Turquie doit respecter l'État de droit, dit l'OTAN

Les autorités turques ont arrêté mercredi quelque 1120... (AP)

Agrandir

Les autorités turques ont arrêté mercredi quelque 1120 personnes soupçonnées d'appartenir au réseau du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par le gouvernement turc d'avoir ourdi la tentative de putsch de juillet dernier.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LA VALETTE

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a demandé jeudi à la Turquie de respecter «pleinement l'État de droit», au lendemain de nouvelles purges massives contre des partisans présumés du prédicateur Fethullah Gülen qu'Ankara accuse d'avoir orchestré un coup d'État avorté.

«Bien sûr que la Turquie a le droit de se défendre et de poursuivre ceux qui étaient derrière la tentative de coup d'État avortée, mais cela doit se faire en respectant pleinement l'État de droit», a déclaré M. Stoltenberg en arrivant à une réunion de l'UE à Malte.

Les autorités turques ont arrêté mercredi quelque 1120 personnes soupçonnées d'appartenir au réseau du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par le gouvernement turc d'avoir ourdi la tentative de putsch de juillet dernier.

Au total, plus de 3200 personnes sont visées par un mandat d'arrêt et 8500 policiers sont mobilisés pour les interpeller, selon l'agence Anadolu.

Par ailleurs plus de 9100 policiers ont été suspendus, a indiqué mercredi soir la police.

Le coup de filet, d'une ampleur inégalée ces derniers mois, est survenu dix jours après la victoire étriquée du président Erdogan à un référendum constitutionnel sur l'élargissement de ses prérogatives, dont la légitimité est remise en cause par l'opposition.

«La Turquie est un allié clé, pour de nombreuses raisons, en particulier en raison de sa situation géographique stratégique, à la frontière de l'Irak et de la Syrie (avec) tous les troubles et les violences que nous y observons, mais aussi proche de la Russie en mer Noire», a souligné M. Stoltenberg à Malte, où il devait rencontrer les ministres de la Défense de l'Union européenne.

«La Turquie a subi de nombreuses attaques terroristes. Aucun autre allié n'en a connu autant», a également fait valoir le patron de l'Alliance atlantique, dont la Turquie est la deuxième puissance militaire après les États-Unis.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer