Un réseau pédophile démantelé dans un orphelinat russe

Selon les enquêteurs, au moins quatre garçons de... (Photo archives 123RF)

Agrandir

Selon les enquêteurs, au moins quatre garçons de l'établissement, aujourd'hui dans la vingtaine, ont été victimes d'abus sexuels «systématiques» de la part des accusés entre 2005 et 2010.

Photo archives 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SAINT-PÉTERSBOURG

Un réseau pédophile a été démantelé à Saint-Pétersbourg, où la police a arrêté cinq personnes liées à un orphelinat et accusées d'avoir abusé sexuellement de mineurs pendant des années, a-t-on appris mercredi auprès de la justice.

«Cinq personnes âgées de 41 à 70 ans ont été placées en détention pour deux mois le temps de l'enquête. Elles sont accusées de viols et d'agressions sexuelles», crimes passibles de 15 ans de prison, a indiqué le tribunal Kirovski de la deuxième ville de Russie.

Les accusés sont le directeur adjoint de l'orphelinat N°8 de Saint-Pétersbourg, le directeur de l'école N°565 liée à celui-ci, le responsable d'un centre d'aide sociale pour anciens orphelins et deux anciens membres de l'établissement.

Selon les enquêteurs, au moins quatre garçons de l'établissement, aujourd'hui âgés de 22 à 26 ans, ont été entre 2005 et 2010 victimes d'«abus sexuels systématiques» de la part des accusés.

Une enquête avait été ouverte en 2016 après la diffusion d'un film de 35 minutes réalisé par une étudiante de Saint-Pétersbourg dans le cadre d'un concours ayant pour thème les droits de l'Homme.

Dans ce film intitulé Mon histoire, un jeune homme nommé Iacha raconte avoir, à l'époque, été abusé sexuellement à plusieurs reprises dans l'établissement tout comme d'autres orphelins.

«Ils nous menaçaient de nous envoyer en asile psychiatrique» en cas de désobéissance, a déclaré le jeune homme, cité par les médias locaux.

«Il est difficile de croire que les autres responsables de cet établissement n'étaient pas au courant de ce qu'il se passait. Il s'agit soit de négligence (...) soit de complicité», a dénoncé Irina Iarovaïa, vice-présidente de la Douma (chambre basse du Parlement russe).




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer