• Accueil > 
  • International > 
  • Europe 
  • > Pologne: enquête sur une pièce de théâtre montrant une fellation sur Jean Paul II 

Pologne: enquête sur une pièce de théâtre montrant une fellation sur Jean Paul II

Le théâtre varsovien Teatr Powszechny.... (Photo Czarek Sokolowski, Associated Press)

Agrandir

Le théâtre varsovien Teatr Powszechny.

Photo Czarek Sokolowski, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Varsovie

Le parquet polonais a ouvert mercredi une enquête sur une pièce de théâtre comportant une scène de fellation avec le pape Jean Paul II, une oeuvre jugée «blasphématoire» par l'Église catholique et les milieux conservateurs.

«L'enquête a été ouverte sur la base d'extraits publiquement disponibles du spectacle La malédiction», joué au théâtre varsovien Teatr Powszechny depuis samedi, a indiqué le procureur Lukasz Lapczynski.

Une figure grandeur nature du pape, vêtue d'une soutane blanche et à qui une actrice agenouillée fait une fellation, est ensuite pendue par une corde au cou. Le pape porte aussi dans cette scène une pancarte avec l'inscription: «défenseur des pédophiles».

Le metteur en scène croate Oliver Frljic, volontairement provocateur, s'est inspiré d'un texte de l'auteur polonais du XIXe siècle Stanislaw Wyspianski, qui traite des relations complexes des Polonais avec la toute-puissante Église catholique.

Wyspianski y évoque un drame dans un petit village polonais dont les habitants rejettent sur une femme qui a eu deux enfants avec un prêtre toute la responsabilité d'une sécheresse qui frappe leurs récoltes et demandent son châtiment.

Le parquet a ouvert en même temps une deuxième enquête pour «incitation à commettre un crime» sur la personne de président du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) Jaroslaw Kaczynski, a indiqué le procureur.

Dans une des scènes finales, une actrice évoque la possibilité d'une collecte d'argent, auprès des spectateurs, pour payer un tueur à gages qui assassinerait le président de PiS, avant de dire que le metteur en scène Oliver (Frljic) lui a ordonné de supprimer cette scène, qui représente un crime passible d'une peine de prison.

De nombreux particuliers envisagent aussi de porter plainte «pour offense publique aux sentiments religieux», a ajouté le procureur.

La pièce a aussitôt suscité l'indignation de l'Église. «La pièce de théâtre revêt des caractéristiques d'un blasphème», a écrit le porte-parole de la Conférence de l'Épiscopat polonais, le père Pawel Rytel-Andrianik, dans un communiqué publié mardi.

Le théâtre souligne pour sa part dans un communiqué que «le spectacle donne la parole à des positions idéologiques variées et doit être analysé comme une oeuvre artistique intégrale et non un ensemble de scènes à part, sans rapport entre elles».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer