Scandale politique aux Pays-Bas: le ministre de Justice démissionne

«Je vais maintenant remettre ma démission à sa... (Photo Bart Maat, Agence France-Presse)

Agrandir

«Je vais maintenant remettre ma démission à sa majesté le Roi», a déclaré Ard van der Steur devant la chambre basse du Parlement au terme de six heures de débat.

Photo Bart Maat, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
La Haye

Le ministre néerlandais de la Justice a présenté sa démission jeudi après qu'un scandale impliquant un baron de la drogue est revenu hanter le gouvernement du premier ministre libéral Mark Rutte, à moins de sept semaines des élections législatives.

«Je vais maintenant remettre ma démission à sa majesté le Roi», a déclaré Ard van der Steur devant la chambre basse du Parlement au terme de six heures de débat. «Je vous remercie.»

Le ministre Van der Steur est la quatrième personne politique de premier plan et membre du parti populaire libéral et démocrate (VVD) de M. Rutte à quitter son poste en deux ans à la suite des révélations sur l'indemnisation en 2000 d'un baron de la drogue.

Il lui est reproché par l'opposition d'avoir dissimulé, lorsqu'il était simple député, des informations importantes concernant l'indemnisation reçue de l'État néerlandais par ce trafiquant.

Ce baron de la drogue, Cees H., à la tête d'un réseau international de trafic de drogue dans les années 80 et 90, a vu ses comptes au Luxembourg saisis lors d'une enquête en 1993.

Mais dans l'incapacité de prouver que ces biens provenaient du trafic de drogue, la justice néerlandaise a été contrainte en 2000 de lui en rembourser une partie.

Interrogé sur cette affaire en 2014, le ministre de la Justice de l'époque Ivo Opstelten avait dans un premier temps affirmé qu'il n'y avait pas de trace de cette indemnisation.

Des documents du ministère de la Justice dévoilés en mars 2015 avaient pourtant révélé que Cees Helman avait en réalité reçu 4,7 millions de florins (2,13 millions d'euros) de la justice néerlandaise. La somme a transité par des comptes luxembourgeois, sans prévenir les autorités fiscales.

Ces révélations avaient provoqué la démission immédiate de Ivo Opstelten.

Et son adjoint Fred Teeven, qui était en 2000 le magistrat qui a signé l'accord d'indemnisation avec le trafiquant sans l'aval de ses supérieurs, avait démissionné en même temps que lui.

De nouvelles révélations survenues cette semaine ont pointé du doigt M. Van der Steur, qui n'aurait pas informé la chambre du montant de cette indemnisation dont il avait pourtant connaissance.

Le retour de ce scandale politique pourrait porter un coup au premier ministre dans les sondages et rebattre les cartes politiques alors que l'écart entre le VVD et le parti du député anti-islam Geert Wilders, en tête depuis plusieurs mois, se réduit selon un agrégat de plusieurs sondages diffusé la semaine dernière.

Les Néerlandais donneront le 15 mars le coup d'envoi d'une année de «super élections» en Europe.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer