Feu vert du parlement britannique à une loi de surveillance controversée

Le projet de loi lancé par Theresa May... (Photo Reuters)

Agrandir

Le projet de loi lancé par Theresa May en mars, alors qu'elle n'était encore que ministre de l'Intérieur, n'attend plus que le sceau royal pour entrer en application.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le parlement britannique a adopté une loi donnant des pouvoirs de surveillance très étendus à la police et aux services de renseignement de Sa Majesté, s'attirant notamment les critiques d'Edward Snowden, le donneur d'alerte américain qui a révélé les écoutes de la NSA.

Avec le vote favorable de la chambre des Lords cette semaine, après celui des députés de la chambre des Communes, ce projet de loi lancé par Theresa May en mars, alors qu'elle n'était encore que ministre de l'Intérieur, n'attend plus que le sceau royal pour entrer en application.

«Le Royaume-Uni vient de voter la loi de surveillance la plus extrême dans l'histoire des démocraties occidentales», «allant plus loin que beaucoup d'autocraties», a dénoncé sur son compte Twitter Edward Snowden, cet ancien agent de l'agence de sécurité américaine NSA qui avait révélé en 2013 comment celle-ci écoutait les communications dans le monde entier.

Avec les nouveaux pouvoirs qui leur sont confiés par cette loi, les services de renseignement ou les policiers britanniques pourront par exemple exiger d'un site internet qu'il leur fournisse l'historique des consultations de n'importe utilisateur, historique qui pourrait remonter à un an.

Ce projet de loi «sur les pouvoirs d'investigation» déposé par Theresa May alors qu'elle n'était pas encore première ministre, avant le «oui» des électeurs britanniques au Brexit, donne une base légale au piratage des ordinateurs ou des téléphones portables, tout en fixant quelques garde-fou, comme l'obligation d'obtenir le feu vert d'un juge pour placer une ligne téléphonique sur écoute.

Qualifié de «loi des fouineurs» par ses critiques, ce texte a déjà fait l'objet d'un appel devant la Cour de justice européenne, qui devrait rendre son verdict courant 2017.

«Le vote de cette loi des fouineurs est un triste jour pour la liberté en Grande-Bretagne», a dénoncé Bella Sankey, directrice de l'association de défense des droits civiques Liberty: «Sous le prétexte de lutter contre le terrorisme, l'État a mis au point des pouvoirs de surveillance dignes d'un régime totalitaire, le système le plus intrusif jamais vu dans une démocratie».

«Il est vraisemblable que d'autres pays, y compris certains régimes autoritaires peu connus pour leur respect des droits de l'Homme, vont utiliser ce texte pour justifier leurs propres législations intrusives en matière de surveillance», a craint de son côté Jim Killock, directeur exécutif de l'association Open Rights Group.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer