Islande: négociations amorcées, le premier ministre démissionne

Le premier ministre islandais, Sigurdur Johannsson, a remis sa... (PHOTO Halldor KOLBEINS, AFP)

Agrandir

Le premier ministre islandais, Sigurdur Johannsson, a remis sa démission au lendemain de législatives anticipées qui n'ont pas dessiné de majorité.

PHOTO Halldor KOLBEINS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Haukur HOLM
Agence France-Presse
REYKJAVIK

L'Islande est entrée dimanche dans une phase d'intenses marchandages politiques au lendemain de législatives anticipées qui n'ont pas dessiné de majorité, malgré la percée du parti contestataire des Pirates face à la droite gouvernementale.

La cofondatrice et porte-parole du parti des Pirates,... (Photo Frank Augstein, AP) - image 1.0

Agrandir

La cofondatrice et porte-parole du parti des Pirates, Birgitta Jonsdottir, a levé le poing à l'annonce des résultats des législatives anticipées en Islande, le 29 octobre à Reykjavik.

Photo Frank Augstein, AP

Le premier ministre Sigurdur Johannsson, dont le Parti du progrès (centre droit) a réalisé son plus mauvais score depuis un siècle, a remis sa démission au président de la République Gudni Johannesson dans l'après-midi.

Conformément à la Constitution, lui et son cabinet expédieront les affaires courantes jusqu'à la nomination d'un nouveau gouvernement.

Parvenir à former une coalition majoritaire alors que la représentation parlementaire n'a jamais été aussi dispersée, avec sept partis représentés, « sera une tâche compliquée », a déclaré M. Johannsson aux journalistes à l'issue de son entrevue avec le chef de l'État.

Le président recevra lundi chacun à leur tour tous les chefs de partis. La tradition veut qu'il confie d'abord au chef de file du parti arrivé en tête le soin de chercher des partenaires de coalition. En l'occurrence, le président du Parti de l'indépendance (conservateur), Bjarni Benediktsson, ministre des Finances dans le gouvernement sortant.

M. Benediktsson compte parmi les 600 Islandais dont le nom apparaît sur les listes des Panama Papers, ces documents dévoilés en avril qui recensent des milliers de détenteurs de comptes offshore dans le monde.

Le premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson (Parti du progrès), avait démissionné en avril après sa mise en cause dans ce scandale. Le gouvernement s'était maintenu au prix d'une promesse de convoquer des élections six mois avant la fin de la mandature au printemps 2017.

Petite île de l'Atlantique Nord émergeant du marasme grâce à son tourisme florissant, l'Islande apparaît divisée entre une frange de la population avant tout soucieuse de stabilité et d'indépendance, et une autre aspirant à tourner la page de la crise financière de 2008 et des « affaires ».

Attelage hétéroclite de pirates informatiques, militants écolos et libertaires créé en 2012, le Parti pirate, qui promeut plus de démocratie directe et de transparence dans la vie politique, incarnait pour beaucoup cet espoir de renouveau.

Mais alors qu'ils culminaient à plus de 40 % d'intentions de vote dans les sondages il y a six mois, l'élection législative à un tour s'est révélée un succès en demi-teinte pour les « Piratar » qui avaient juré « d'écrire l'Histoire ».

Avec neuf élus à l'Althingi, le Parlement monocaméral, ils triplent leur score de 2013 et deviennent la deuxième formation politique du pays, à parité avec le mouvement Gauche-Verts. Mais le parti ne fait pas le plein de voix et risque de rester aux portes du pouvoir.

« Ce qu'on pouvait supposer s'est produit: les jeunes électeurs ne se sont pas déplacés » alors qu'ils constituent le coeur de cible des Pirates, analyse le politologue Gretar Eytorsson.

« Robin des bois »

Birgitta Jonsdottir, la capitaine des Pirates, doit donner une conférence de presse à Reykjavik dimanche à 15 h. « Nous sommes très satisfaits », a-t-elle réagi samedi, comparant ses partisans et militants à des « Robin des Bois » déterminés à « prendre le pouvoir aux puissants pour le donner au peuple ».

À noter, que contrairement à de nombreux pays d'Europe continentale, l'Islande n'enregistre pas de poussée radicale à droite.

La coalition sortante de centre-droit, elle, perd la majorité absolue obtenue en 2013, en raison du l'effondrement du Parti du progrès, notamment miné par des conflits internes.

Le premier ministre a défendu le bilan de sa majorité dimanche à la télévision en affirmant avoir contribué à « réduire l'endettement des ménages » après la crise financière de 2008 et éloigner les créanciers des banques islandaises mises en faillite.

Son partenaire gouvernemental, le Parti de l'indépendance, progresse en revanche et redevient le premier parti islandais. Soutenu par les investisseurs, les gros patrons-pêcheurs, les seniors et les eurosceptiques, il est parvenu à faire oublier l'implication de deux de ses ministres dans les Panama Papers.

Les Pirates, eux, n'ont de cesse de dénoncer les « affaires » des partis de centre-droit qui gouvernent quasiment sans interruption depuis 1944, et ont fermé la porte à une coalition dirigée par le Parti de l'Indépendance.

« Le Parti de l'indépendance est récompensé pour sa participation à la corruption », a ironisé dimanche le responsable « pirate » Smari McCarthy à la télévision publique RUV.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer