Brexit: Theresa May promet d'unifier son parti et le Royaume-Uni

Theresa May a assuré que, sous sa direction, le... (Photo Matt Dunham, AP)

Agrandir

Theresa May a assuré que, sous sa direction, le Royaume-Uni n'annoncerait pas officiellement son intention de quitter l'UE avant l'an prochain, ce qui signifie que le processus ne serait pas terminé avant 2019.

Photo Matt Dunham, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
LONDRES

Theresa May, la favorite de la course à la succession du premier ministre britannique David Cameron, a promis, dimanche, de rallier son parti et son pays en prenant le temps nécessaire pour négocier le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE).

La secrétaire d'État à l'Intérieur, qui détient une solide avance par rapport à ses quatre rivaux pour le premier vote sur la chefferie du Parti conservateur prévu mardi, a affirmé être la mieux placée pour combler le fossé séparant les partisans et les opposants à la sortie du pays de l'organisation de 28 nations.

Mme May a assuré que, sous sa direction, le Royaume-Uni n'annoncerait pas officiellement son intention de quitter l'UE avant l'an prochain, ce qui signifie que le processus ne serait pas terminé avant 2019.

En vertu de l'article 50 du Traité sur l'Union européenne, les membres signalant leur souhait de se retirer de l'organisation ont jusqu'à deux ans pour négocier de nouvelles ententes avec leurs partenaires européens.

Dans une entrevue avec la BBC, Theresa May a déclaré qu'il était important de procéder selon un échéancier approprié afin d'obtenir le meilleur accord possible pour le Royaume-Uni. Elle a ajouté qu'avant de manifester son désir de sortir de l'UE, le Royaume-Uni devait d'abord établir sa position en vue des discussions.

Mme May a publiquement soutenu les efforts de M. Cameron pour maintenir le pays au sein de l'UE tout en évitant de faire elle-même campagne. Dimanche, elle a fait valoir que sa neutralité relative l'aiderait à bâtir un pont entre les 17 millions de Britanniques ayant voté pour le retrait du Royaume-Uni et les 16 millions s'étant prononcés contre ce départ lors du référendum du 23 juin.

Le vote de mardi permettra aux 330 députés conservateurs de la Chambre des communes d'éliminer le candidat le moins populaire de la course. Deux autres scrutins internes auront lieu jeudi et le 12 juillet afin de réduire à deux le nombre d'aspirants chefs. Ces derniers auront ensuite plusieurs semaines pour tenter de convaincre les quelque 150 000 membres du Parti conservateur de les choisir avant qu'un ultime vote permette d'élire le gagnant le 9 septembre.

Theresa May est en lice contre le secrétaire d'État à la Justice, Michael Gove, la secrétaire d'État à l'Énergie et au Changement climatique, Andrea Leadsom, le secrétaire d'État au Travail et aux Retraites, Stephen Crabb, et l'ancien secrétaire d'État à la Défense, Liam Fox.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer