Un «combattant de l'EI» a tué un policier près de Paris

Les policiers du Raid ont été dépêchés sur... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les policiers du Raid ont été dépêchés sur place et ont tenté de négocier, en vain, avec le forcené.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme se revendiquant du groupe armé État islamique (EI) a froidement assassiné un commandant de police, pris sa famille en otage et tué sa femme avant d'être descendu par les policiers du Raid, lundi soir, à Magnanville, dans les Yvelines, à une soixantaine de kilomètres de Paris.

Vers 21h00, le commandant Jean-Baptiste Salvaing rentrait à la maison lorsque son voisin l'a intercepté et lui a asséné neuf coups de couteau devant chez lui. Selon des témoins, le tueur aurait crié «Allah akbar» en attaquant le policier, a rapporté l'AFP.

Après son premier crime, le tueur est entré dans la maison de sa victime et a tenu sa femme et son fils de 3 ans en otage durant plus de deux heures. Les policiers du Raid ont été dépêchés sur place et ont tenté de négocier, en vain, avec le forcené. Ils ont décidé de donner l'assaut et de l'abattre pour libérer ses otages. Or, en pénétrant dans le domicile, les policiers ont découvert un autre corps, celui de la femme du commandant. Elle était fonctionnaire au commissariat des Mureaux, où travaillait aussi son mari. L'enfant de 3 ans s'en est sorti indemne.

Un acte terroriste?

Selon une source policière de l'AFP, le tueur se serait revendiqué du groupe djihadiste État islamique durant les négociations avec les policiers du Raid, avant d'être abattu. Tard en soirée, Amaq News Agency (le canal privilégié par le califat autoproclamé pour diffuser ses informations) a publié dans une déclaration en anglais et en arabe que le tueur français était un combattant de l'EI, selon le compte Twitter de SITE Intel Group.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur la mort du policier et de sa conjointe.

«Toute la lumière sera faite» sur l'assassinat près de Paris d'un policier et de sa compagne et l'enquête déterminera «la nature exacte» de «ce drame abominable», a assuré le président français François Hollande.

«Le ministre de l'Intérieur [Bernard Cazeneuve] se rendra mardi matin aux commissariats des Mureaux et de Mantes-la-Jolie», dans les Yvelines, à l'ouest de Paris, et «le président de la République tiendra une réunion à 7h45 à l'Élysée», a rapporté l'AFP, selon un communiqué lui ayant été envoyé par l'Élysée dans la nuit de lundi.

- Avec Agence France-Presse

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer