Heurts entre manifestants d'extrême droite et policiers à Cologne

Des policiers sont aux aguets devant la foule... (PHOTO INA FASSBENDER, REUTERS)

Agrandir

Des policiers sont aux aguets devant la foule de manifestants.

PHOTO INA FASSBENDER, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frank ZELLER
Agence France-Presse
Cologne

« Merkel dehors! » : au milieu d'une marée de drapeaux allemands, l'extrême droite allemande a tenté samedi de tirer profit à Cologne de l'émoi suscité par les violences dans cette ville rhénane, le tout dans une atmosphère très tendue.

Les policiers ont utilisé du gaz lacrymogène et... (PHOTO WOLFGANG RATTAY, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

Les policiers ont utilisé du gaz lacrymogène et des canons à eau pour repousser des manifestants d'extrême droite hostiles aux immigrants.

PHOTO WOLFGANG RATTAY, REUTERS

Une manifestation voulait dénoncé les agressions sexuelles et... (PHOTO ROBERT PFEIL, AFP) - image 1.1

Agrandir

Une manifestation voulait dénoncé les agressions sexuelles et les viols dont ont été victimes des femmes lors du Nouvel An.

PHOTO ROBERT PFEIL, AFP

« L'Allemagne a survécu à la guerre, à la peste et au choléra, mais survivra-t-elle à [Angela] Merkel? », clame une pancarte au milieu de la foule de partisans du mouvement Pegida des « Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident », rassemblée sur la place principale de Cologne, non loin de la gare et de la cathédrale.

Elle finira par être dispersée par la police peu avant 16 h GMT (11 h, heure de l'Est) à grands coups de canons à eau et de gaz lacrymogène.

C'est à Cologne que la nuit de la Saint-Sylvestre des vols et des agressions sexuelles d'une ampleur jamais vue dans l'Allemagne contemporaine ont été perpétrés par des hommes en bandes. Ces violences auraient entre autres impliqué des réfugiés, à un moment où l'Allemagne, sous l'impulsion de la politique d'accueil de la chancelière allemande, a connu en 2015 l'afflux de plus d'un million de demandeurs d'asile.

« Merkel est devenue un danger pour notre pays, Merkel doit partir », lance un représentant de Pegida au mégaphone.

Pour une femme se présentant comme Christiane, mère de quatre enfants, « les femmes qui ont été victimes [des agressions] vont devoir vivre avec cela pendant longtemps ». « Je me sens dépouillée de ma liberté. [...] Madame Merkel, Madame [Henriette] Reker [la mairesse de Cologne, NDLR], vous êtes des femmes! Où est votre solidarité? », a-t-elle ajouté.

La branche régionale de Pegida, mouvement xénophobe né à l'automne 2014 à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, a revendiqué sur sa page Facebook 3000 participants, tandis que la police a dénombré 1700 manifestants dont la moitié de hooligans prêts à en découdre.

Au bout de trois heures de rassemblement, les forces de l'ordre, cibles de jets de bouteilles et de pétards, ont finalement fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour forcer tout le monde à partir, après quelques affrontements sporadiques.

Selon la police, quatre personnes, trois policiers et un journaliste, ont été légèrement blessés mais les incidents ont été brefs.

Très critiquée pour son incapacité à protéger les femmes lors du Nouvel An, la police de Cologne a été conspuée par les cris des manifestants d'extrême-droite: « Où, où, où? où étiez-vous à la Saint-Sylvestre? ».

« Nazis dehors » 

Séparés par quelque 2000 policiers et sous la ronde d'un hélicoptère, environ 1300 contre-manifestants étaient venus s'opposer aux idées de Pegida au cri de « Nazis dehors! » et avec des pancartes sur lesquelles il était écrit que « le fascisme n'est pas une opinion, c'est un crime ».

« Nous sommes ici pour les faire taire. Il est inacceptable que Pegida exploite l'horrible violence sexuelle perpétrée ici le Jour de l'An et répande ses conneries racistes », a déclaré Emily Michels, 28 ans, armée d'un mégaphone.

Quelques réfugiés irakiens et syriens étaient aussi venus gonfler les rangs de cette contre-manifestation, avec la gérante de leur foyer, Dana Khamis.

« Je leur ai raconté que la manifestation était à propos des droits des femmes, contre le sexisme et contre le fascisme et ils m'ont dit qu'ils voulaient absolument participer », a expliqué cette femme de 27 ans née en Jordanie.

Avant cela, des centaines de personnes décidées à défendre les droits des femmes s'étaient rassemblées sur les marches de la célèbre cathédrale de Cologne, à grands coups de sifflets et de concert de casseroles.

« Nous voulons de nouveau nous sentir en sécurité. [...] Je suis ici pour toutes les mères, les filles, les petites-filles, les grands-mères, qui veulent se déplacer en toute sécurité », a expliqué à l'AFP Martina Schumeckers, une musicienne de 57 ans, organisatrice du rassemblement.

« Non à la violence contre les femmes, que ce soit à Cologne, à la fête de la bière ou dans la chambre à coucher », pouvait-on lire sur une pancarte.

Le nombre de plaintes grimpe à 379 

Le nombre de plaintes liées aux violences de Cologne dans la nuit du Nouvel An a grimpé à 379 et les suspects sont principalement des « demandeurs d'asile » ou des « immigrés en situation illégale », a indiqué samedi la police locale.

Sur ce total de plaintes, environ 40 % ont été déposées pour des agressions sexuelles, a également dit la police. Jusqu'à présent, il était question d'environ 170 plaintes déposées.

Certains manifestants brandissaient une grande pancarte « Mohammed not... (PHOTO NICOLAS MAETERLINCK, AFP) - image 2.0

Agrandir

Certains manifestants brandissaient une grande pancarte « Mohammed not welcome », avec une caricature du Prophète, fondateur de l'islam, portant une bombe en guise de turban.

PHOTO NICOLAS MAETERLINCK, AFP

Des militants islamophobes manifestent à Anvers

BRUXELLES - Plus de 300 militants de la branche flamande du mouvement islamophobe Pegida ont manifesté samedi dans les rues d'Anvers (nord de la Belgique) contre l'« islamisation » de l'Europe et les « abus » du droit d'asile, a rapporté l'agence de presse Belga.

Les manifestants, dont certains venaient des Pays-Bas, ont défilé contre le « terrorisme, l'islamisation et les abus du droit d'asile ». Certains brandissaient une grande pancarte « Mohammed not welcome », avec une caricature du Prophète, fondateur de l'islam, portant une bombe en guise de turban.

Des orateurs ont notamment évoqué lors de leurs prises de parole les violences - attribuées pour la plupart à des demandeurs d'asile ou des immigrés illégaux - qui ont touché la ville allemande de Cologne le soir du Nouvel An.

Parmi les manifestants figuraient notamment un représentant du Vlaams Belang, le principal parti d'extrême droite flamand, ainsi que l'Allemand Lutz Bachmann, fondateur du mouvement Pediga, les « Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident », selon Belga.

Une centaine d'opposants à Pediga ont manifesté à Anvers dans le même temps, appelant de leur côté à davantage de solidarité avec les demandeurs d'asile.

En Allemagne, une manifestation organisée par Pediga, créée en 2014 à Dresde (est), a rassemblé samedi environ 1700 personnes à Cologne (ouest). Des heurts lors de la manifestation ont conduit la police allemande à faire usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer