Attentats de Paris: la communauté internationale sous le choc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Une série d'attentats à la ceinture explosive et à l'arme automatique a fait au moins 129 morts, vendredi 13 novembre 2015, à Paris. Il s'agit d'un carnage sans précédent, qualifié d'«acte de guerre» par le président François Hollande. La série d'attaques a été perpétrée par trois équipes de terroristes coordonnées. En tout, sept terroristes ont été retrouvés morts. »

Agence France-Presse

La série d'attentats terroristes sans précédent qui a fait des dizaines de morts vendredi à Paris et dans sa région a suscité émotion et sentiment d'horreur à l'étranger.

Le Canada est « solidaire de la France » après les « violentes attaques » commises à Paris, a déclaré le premier ministre canadien Justin Trudeau. Il a affirmé également que «des criminels ne dicteront pas notre façon d'agir en tant que nation».

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, cité par son porte-parole, a dénoncé des « attaques terroristes méprisables » et a dit « se tenir au côté du gouvernement et du peuple français ».

Ces attentats « ne sont pas seulement une attaque contre Paris », mais « une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles », a déclaré le président américain Barack Obama lors d'une brève allocution à la Maison-Blanche.

Les États-Unis vont aider la France à « traduire les terroristes en justice », a ajouté M. Obama.

Le secrétaire d'État John Kerry a condamné « des actes odieux et abominables ».

La Russie condamne les « attentats odieux » et les « assassinats inhumains » perpétrés à Paris et est prête apporter « toute son aide dans l'enquête sur ces crimes terroristes », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le président Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances et la solidarité de la Russie au président François Hollande et à l'ensemble du peuple français, selon l'agence de presse TASS.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s'est dit « profondément choqué ». « Nous exprimons notre pleine solidarité avec le peuple de France », a écrit M. Juncker dans un tweet.

« Je suis choqué par les événements de ce soir à Paris », a écrit le premier ministre britannique David Cameron sur son compte Twitter. « Nos pensées et nos prières vont au peuple français. Nous ferons tout ce qui est possible pour aider », a-t-il dit.

« Je suis profondément choquée par les nouvelles et les images qui nous parviennent de Paris », a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, selon un communiqué. « Mes pensées vont aux victimes de ces attaques à l'évidence terroristes, à leurs proches et à tous les habitants de Paris », a-t-elle ajouté.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier s'est dit « horrifié et bouleversé », selon le compte Twitter de son ministère.

« Nous sommes aux côtés de la France! », a déclaré le chef de la diplomatie allemande, qui se trouvait au Stade de France, au nord de Paris, aux côtés du président français François Hollande, pour assister à la rencontre amicale de football France-Allemagne. Au moins trois personnes ont été tuées dans des explosions dans le secteur du stade de France.

L'Italie est « ensemble avec ses frères français contre l'atroce attaque à Paris et à l'Europe », a déclaré le premier ministre italien Matteo Renzi sur son compte Twitter. « L'Europe, touchée au coeur, saura réagir à la barbarie », a ajouté M. Renzi, cité par l'agence de presse AGI.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a appelé le premier ministre français Manuel Valls pour lui faire part de « toute notre solidarité », a-t-on appris de source gouvernementale.

« Tout cela confirme que nous faisons face à un défi sans précédent, un défi d'une énorme cruauté », a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia Margallo sur la chaîne publique TVE, évoquant une attaque « jihadiste ».

Le premier ministre belge Charles Michel a assuré que « la Belgique est aux côtés de la France », sur son compte Twitter.

Les Pays-Bas « se tiennent aux côtés de la France », a aussi déclaré le premier ministre Mark Rutte. Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Bernt Koenders s'est dit « choqué et consterné ».

La présidente brésilienne Dilma Rousseff s'est déclarée « consternée par la barbarie terroriste ». « J'exprime mon rejet de la violence et ma solidarité envers le peuple et le gouvernement français », a-t-elle dit sur son compte Twitter.

Le maire de New York Bill de Blasio a exprimé la solidarité des New-Yorkais. « Les New-Yorkais ont le coeur brisé de voir notre cité soeur de Paris encore frappée par des actes insensés de violence, et nous sommes solidaires des Parisiens et de la maire (de Paris Anne) Hidalgo en ces moments tragiques », a déclaré M. de Blasio dans un communiqué.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer