La police hongroise tire des gaz lacrymogènes sur un centre de migrants

Les policiers sont intervenus alors que les migrants... (PHOTO CSABA SEGESVARI, AFP)

Agrandir

Les policiers sont intervenus alors que les migrants ont tenté de quitter le centre, situé près de la frontière avec la Serbie, sans se soumettre aux relevés d'empreintes digitales.

PHOTO CSABA SEGESVARI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
VIENNE

La police hongroise a tiré des gaz lacrymogènes sur un centre de migrants mercredi, pour empêcher environ 200 d'entre eux de quitter le principal centre de traitement de migrants, à Roszke, a indiqué à l'AFP un porte-parole.

Les policiers sont intervenus alors que les migrants ont tenté de quitter le centre, situé près de la frontière avec la Serbie, sans se soumettre aux relevés d'empreintes digitales, a précisé le porte-parole de la police, Szabolcs Szenti.

La situation était revenue au calme en fin de matinée, a rapporté un journaliste de l'AFP sur place.

Plus de 2000 migrants ont traversé lundi la frontière serbe et sont entrés en Hongrie, pays membre de l'UE et frontière extérieure de l'espace Schengen. Ils font partie d'une vague de 7000 personnes parties de Grèce.

La police hongroise va envoyer plus de 2100 hommes, des «chasseurs de la frontière» selon la terminologie officielle, en renfort à la frontière serbe pour contrôler le flux de migrants, a annoncé le chef de la police hongroise.

«La protection à la frontière va être renforcée avec 2106 policiers supplémentaires à partir du 5 septembre», a déclaré Karoly Papp à des journalistes à Budapest.

Ces effectifs supplémentaires effectueront des patrouilles le long de la frontière et renforceront les plus de 1000 policiers qui travaillent régulièrement sur cette zone pour intercepter les migrants illégaux, a ajouté Karoly Papp.

La Hongrie est confrontée à un afflux sans précédent de migrants avec plus de 100 000 arrivées depuis le début de l'année, soit plus du double du total de l'année 2014.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer