Le bilan des soldats tués s'alourdit en Turquie

Selon une source gouvernementale, 39 membres des forces... (Photo Depo Photos, AP)

Agrandir

Selon une source gouvernementale, 39 membres des forces de sécurité turques ont au total été tués depuis le 20 juillet dans des attaques attribuées au PKK.

Photo Depo Photos, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ambre TOSUNOGLU, Dilay GUNDOGAN
Agence France-Presse
ISTANBUL

Le bilan des soldats tués en Turquie s'est encore alourdi, trois militaires ayant péri samedi dans une nouvelle attaque attribuée aux rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), trois semaines après le début d'une «guerre contre le terrorisme» qui ensanglante ce pays.

«Trois de nos soldats sont morts en martyrs et six autres ont été blessés» dans une explosion survenue sur une route de la province de Bingol (est), dans la région de Karliova, a annoncé l'armée turque dans un communiqué.

La veille, une attaque avait fait trois morts et six blessés à Daglica, dans la région d'Hakkari (sud-est).

Selon une source gouvernementale, 39 membres des forces de sécurité turques ont au total été tués depuis le 20 juillet dans des attaques attribuées au PKK.

Après l'attentat suicide de Suruç (sud), attribué au groupe de l'État islamique (EI), dans lequel 33 personnes proches de la cause kurde ont été tuées, la Turquie a déclenché le 24 juillet une «guerre contre le terrorisme» et sept autres civils ont péri dans des violences

Si l'objectif affiché est de lutter à la fois contre le PKK et les jihadistes de l'EI, dans les faits les bombardements de l'aviation turque se concentrent essentiellement sur les positions des rebelles kurdes en Irak.

En réponse, le PKK a rompu unilatéralement un cessez-le-feu en vigueur avec Ankara depuis 2013, et repris les armes.

«Payer le prix fort»

Les combats contre le PKK vont se poursuivre «intensément», a prévenu samedi le président turc Recep Tayyip Erdogan, s'exprimant dans la province de Rize, sur les bords de la mer Noire.

«Personne ne doit tester la force de la Turquie, au risque d'en payer le prix fort», a-t-il menacé.

Outre les raids aériens, la Turquie multiplie les coups de filet contre des membres présumés de l'EI et du PKK : au moins 84 personnes ont été arrêtées dans plusieurs provinces dont celles d'Istanbul, de Mardin et de Gaziantep (sud-est), ainsi que de Van (est), a annoncé samedi l'agence de presse proche du gouvernement Anatolie.

Un grand nombre d'explosifs, de kalachnikovs et de lance-roquettes ont été saisis au cours de ces opérations, a ajouté Anatolie.

Selon le journal Hürriyet, qui cite des sources officielles, 30 gilets munis d'explosifs, dont certains prêts à l'emploi, ont été retrouvés chez des membres présumés de l'EI.

Au total, plus de 2500 personnes soupçonnées d'être des membres du PKK, de l'EI ou d'un groupe marxiste (DHKP-C) ont été arrêtées, et plus de 600 d'entre elles sont actuellement détenues, selon une source gouvernementale.

Aux prises avec les rebelles du PKK sur son territoire, la Turquie s'est également dite préoccupée par l'avancée de la branche armée du parti kurde syrien dans le nord de la Syrie.

«Le PYD (parti de l'Union démocratique kurde, Ndlr) ne figure pas parmi nos cibles. Nous n'attaquerons pas le PYD tant qu'il n'attaquera pas la Turquie», a assuré un responsable turc, au cours d'une rencontre avec des journalistes.

Ankara s'inquiète d'une part des «liens très étroits» que le PYD a noués avec le PKK, d'autre part de sa proximité avec le régime de Bachar al-Assad. Des inquiétudes dont la Turquie a fait part aux États-Unis, un allié avec lequel elle est résolue à créer une zone de protection débarrassée des jihadistes de l'EI dans le nord de la Syrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer