Marine Le Pen interdit à son père de parler au nom du FN

Dernière provocation en date: alors qu'il n'y était... (Photo Philippe Wojazer, Reuters)

Agrandir

Dernière provocation en date: alors qu'il n'y était pas invité, le vieux tribun âgé de 86 ans est monté sur l'estrade des officiels lors de la traditionnelle manifestation du 1er mai du FN à Paris pour saluer la foule, au grand dam de sa fille qui s'apprêtait à prononcer son discours.

Photo Philippe Wojazer, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

La présidente du Front national Marine le Pen a interdit dimanche à son père de parler au nom du parti d'extrême droite français qu'il a fondé, car «ses propos sont contraires à la ligne fixée».

«Jean-Marie Le Pen ne doit plus pouvoir s'exprimer au nom du Front National, ses propos sont contraires à la ligne fixée», a affirmé sa fille dans un entretien à Europe 1, iTELE et Le Monde. «Il ne faut pas que ses propos engagent le mouvement», a-t-elle insisté.

Le fondateur et président d'honneur du FN est convoqué lundi devant le bureau exécutif du mouvement pour répondre de ses récentes déclarations en contradiction avec la ligne officielle fixée par sa fille.

Jean-Marie Le Pen, qui siège également au Parlement européen, a réitéré début avril des propos définissant les chambres à gaz comme un «détail» de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, qui lui avaient valu une condamnation pénale. Il a pris la défense du «monde blanc» et a également critiqué le programme du FN et l'entourage de Marine Le Pen.

Dernière provocation en date: alors qu'il n'y était pas invité, le vieux tribun âgé de 86 ans est monté sur l'estrade des officiels lors de la traditionnelle manifestation du 1er mai du FN à Paris pour saluer la foule, au grand dam de sa fille qui s'apprêtait à prononcer son discours.

«Les derniers actes qui ont été les siens sont inadmissibles», a tranché dimanche Marine Le Pen. «Je pense qu'il outrepasse complètement les prérogatives que lui donne son statut personnel» de président d'honneur, a-t-elle ajouté, évoquant «des actes de malveillance» .

Marine Le Pen a engagé le FN dans une entreprise de «dédiabolisation», tournant officiellement la page des compromissions avec les mouvements néo-nazis et antirépublicains tout en conservant une ligne nationaliste et anti-immigrés.

La présidente du FN a par ailleurs affirmé dimanche n'être «en aucun cas au courant des affaires patrimoniales de Jean-Marie Le Pen», qui selon le site d'information en ligne Médiapart aurait détenu un compte caché en Suisse.

«Je ne sais absolument pas si ces informations sont erronées ou sont vérifiées, je n'ai aucun élément sur ce sujet», a assuré Marine Le Pen.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer