Un attentat visant «les chrétiens» déjoué en France

Le premier ministre Manuel Valls (à gauche) et... (PHOTO PHILIPPE WOJAZER, REUTERS)

Agrandir

Le premier ministre Manuel Valls (à gauche) et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve quittent l'Élysée après un entretien avec le président François Hollande, à Paris, le 22 avril.

PHOTO PHILIPPE WOJAZER, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rémy BELLON, Francesco FONTEMAGGI
Agence France-Presse
PARIS

Un Franco-Algérien de 24 ans, accusé de préparer un attentat «imminent» contre «une ou deux églises», a été arrêté dimanche à Paris, ont révélé mercredi les autorités, en soulignant l'importance de la menace terroriste plus de trois mois après les attentats djihadistes dans la capitale française.

Le premier ministre français Manuel Valls a déclaré mercredi que c'était «les chrétiens, les catholiques de France» qui étaient visés par le projet d'attentat déjoué dimanche et qui devait cibler une église, «symbole de la France».

«Vouloir s'en prendre à une église, c'est s'en prendre à un symbole de la France, c'est l'essence même de la France qu'on a sans doute voulu viser», a ajouté Manuel Valls, à Villejuif en banlieue parisienne, après avoir visité deux églises évoquées dans le projet d'attentat du jeune terroriste.

«Les terroristes ciblent la France pour nous diviser» et la réponse doit être «le rassemblement, l'unité et une très grande détermination», a réagi le premier ministre Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a pour sa part affirmé que la France «fait face à une menace terroriste inédite, par sa nature et par son ampleur».

Sid Ahmed Ghlam, étudiant en informatique, était connu des services de renseignement pour ses «velléités de départ en Syrie» afin d'y rejoindre les rangs djihadistes, a déclaré à la presse M. Cazeneuve, en révélant son arrestation.

La police a découvert dans son véhicule et à son domicile, dans une résidence étudiante dans le sud de Paris, un «arsenal composé notamment de plusieurs armes de guerre, d'armes de poing, de munitions, de gilets pare-balles et de matériel informatique et de téléphonie», selon le ministre.

«Une documentation fournie a également été découverte établissant sans ambiguïté que l'individu projetait la commission imminente d'un attentat vraisemblablement contre une ou deux églises. Dimanche matin, cet attentat a été évité», a-t-il ajouté. L'homme a été arrêté dans le cadre d'une enquête dirigée par des juges antiterroristes.

Des documents liés à Al-Qaïda et à l'organisation État islamique ont été retrouvés au domicile du présumé terroriste, soupçonné d'avoir voulu organiser un attentat contre une église en France, a déclaré mercredi le procureur responsable de l'enquête.

Dans son ordinateur, les enquêteurs ont également trouvé la preuve qu'il était «en contact» avec une personne pouvant se trouver en Syrie «qui lui demandait explicitement de cibler particulièrement une église», a ajouté François Molins, sans identifier cet individu.

L'arrestation s'est faite dans des circonstances rocambolesques, un peu par hasard : selon les premiers éléments de l'enquête, les services médicaux d'urgence sont appelés peu après 6 h GMT (2 h à Montréal) dimanche, soit par l'homme lui-même, se disant blessé, soit par un témoin qui constate sa blessure.

Il a en effet reçu une balle dans une jambe, et évoque alors, confusément, un règlement de comptes. Les enquêteurs, qui n'excluent pas qu'il se soit blessé lui-même, remontent les traces de sang et arrivent à son véhicule, où ils découvrent une partie de son arsenal.

Plusieurs perquisitions et interpellations ont depuis été réalisées dans son entourage et sa famille, selon des sources policières.

Mercredi matin, les forces de l'ordre ont ainsi arrêté à Saint-Dizier une femme vêtue d'une burqa, selon un correspondant de l'AFP. Il s'agit d'une femme de 25 ans de son entourage très proche, vraisemblablement convertie à l'islam, selon une source proche de l'enquête.

Aurélie Châtelain, photographiée le 10 avril.... (PHOTO RAYMOND TRUY, ARCHIVES HÔTEL DE VILLE DE CAUDRY/AP) - image 2.0

Agrandir

Aurélie Châtelain, photographiée le 10 avril.

PHOTO RAYMOND TRUY, ARCHIVES HÔTEL DE VILLE DE CAUDRY/AP

Meurtre mystérieux d'une jeune femme

Ce Franco-Algérien est par ailleurs soupçonné d'être impliqué dans le meurtre par balle d'une jeune femme de 32 ans, retrouvée morte dans une voiture dimanche à Villejuif, dans la banlieue est de Paris, a ajouté M. Cazeneuve. L'ADN du jeune homme a été retrouvé dans la voiture et c'est dans cette même ville qu'une ou deux églises étaient visées, selon une source policière.

Un lien a en outre été établi entre l'arme du meurtre et Sid Ahmed Ghlam, selon une source proche du dossier.

Le meurtre d'Aurélie Châtelain, venue du nord de la France en banlieue parisienne pour y suivre un stage de gymnastique, avait plongé ses proches dans la stupeur et restait mystérieux pour les enquêteurs. Son corps, marqué de trois impacts de balles, avait été retrouvé dans sa voiture au petit matin.

«L'enquête déterminera les raisons du crime commis contre cette jeune femme», a indiqué le ministre.

Il s'agit de la première annonce publique d'un projet d'attentat imminent déjoué depuis la série d'attaques djihadistes à Paris et en banlieue entre le 7 et le 9 janvier, contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, une policière municipale et un supermarché casher, qui ont fait 17 morts. Les trois tueurs, les frères Saïd et Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly, ont été tués par les forces de l'ordre.

Depuis, les autorités françaises ont maintes fois rappelé que le pays restait sous la menace de nouveaux attentats et un plan de vigilance antiterroriste est toujours actif dans les lieux publics, les transports, et devant les lieux de culte et les sièges des médias parisiens.

L'annonce du ministre de l'Intérieur intervient en plein débat des députés sur un projet de loi destiné à renforcer les pouvoirs des services français de renseignement, jugé liberticide par ses opposants. Les services de renseignement avaient été critiqués pour leur défaut de surveillance autour des trois djihadistes auteurs des attaques en janvier, car ils étaient déjà connus des autorités.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer