Italie: la tension monte face aux arrivées massives de migrants

Selon l'OIM et «Save the children», 144 à... (Photo Calogero Montanalampo, archives AP)

Agrandir

Selon l'OIM et «Save the children», 144 à 150 survivants d'un naufrage sont arrivés mardi matin à Reggio Calabria, à la pointe sud de l'Italie.

Photo Calogero Montanalampo, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ella IDE
Agence France-Presse
ROME

Jusqu'à 400 migrants ont disparu dimanche dans un naufrage en Méditerranée, selon des survivants débarqués mardi dans le sud de l'Italie, où les vagues d'arrivées massives font monter la tension.

Les gardes-côtes italiens, qui ont porté secours à 42 bateaux chargés au total de plus de 6500 migrants dimanche et lundi, avaient annoncé lundi avoir sauvé 144 personnes et récupéré neuf corps après le naufrage de l'une de ces embarcations.

Mardi, des représentants de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et de l'ONG «Save the children» ont commencé à interroger les 144 à 150 survivants d'un naufrage débarqués dans la matinée à Reggio Calabria, sans pouvoir certifier qu'il s'agissait du même drame.

Ces survivants ont assuré qu'il y avait au total 500 à 550 personnes à bord de leur bateau, dont de nombreux jeunes, selon les ONG.

«Nous sommes encore en train d'enquêter pour comprendre la dynamique du naufrage», a expliqué Flavio Di Giacomo, porte-parole de l'OIM, selon lequel les premiers éléments laissent penser que le bateau a chaviré sous l'effet du mouvement des passagers quand ils ont aperçu les secours.

Ce nouveau drame porte à plus de 900 le nombre de morts enregistrés par l'OIM en Méditerranée depuis le début de l'année, contre 47 pendant la même période en 2014.

Entre-temps, la vaste opération italienne de secours «Mare Nostrum» a cédé la place à «Triton», un programme européen de contrôle des frontières nettement moins ambitieux.

Alors qu'un temps calme et printanier s'est installé sur la zone depuis quelques jours, plus de 10 500 arrivées ont été enregistrées depuis le début du mois en Italie, où les structures d'hébergement des demandeurs d'asile, permanentes ou établies en urgence, accueillent déjà plus de 80 000 personnes.

Le ministre de l'Intérieur a envoyé lundi une directive aux préfets les appelant à trouver d'urgence 6500 places d'hébergement, en particulier dans le nord et le centre du pays.

Refuser tout nouvel arrivant

L'appel a provoqué la fureur de Matteo Salvini, le chef de la Ligue du Nord, mouvement anti-immigration et anti-euro en pleine campagne pour les élections prévues fin mai dans sept des 20 régions du pays.

«Je demande aux gouverneurs, maires et conseillers de la Ligue de dire non, par tous les moyens, à chaque arrivée. La Ligue est prête à occuper chaque hôtel, école ou baraquement qui pourrait être mis à la disposition de ces soi-disant réfugiés», a lancé sur les réseaux sociaux le jeune dirigeant.

D'autres élus d'opposition ont accusé le gouvernement de centre gauche de Matteo Renzi d'encourager les désespérés en continuant de leur porter secours jusqu'au large de la Libye, tandis que des organisations humanitaires ont critiqué le manque de préparation des autorités face à cette vague annoncée.

Originaires essentiellement d'Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient, en particulier de Syrie ravagée par la guerre civile, ces migrants s'efforcent de gagner l'Europe à la faveur du chaos régnant en Libye.

Signe de la confiance des passeurs au large de la Libye, plusieurs d'entre eux ont ouvert le feu lundi sur deux navires engagés dans l'opération «Triton» -- un bateau des gardes-côtes islandais et un patrouilleur italien -- pour récupérer une embarcation dont les passagers venaient d'être secourus.

Début mars, le directeur général  de l'agence européenne de contrôle des frontières de l'UE (Frontex) avait cependant estimé que 500 000 à un million de migrants pourraient arriver cette année.

Beaucoup ne souhaitent pas s'installer en Italie. En 2014, le pays a enregistré 170 000 arrivées et 63 700 demandes d'asile, tandis que l'Allemagne recevait 173 100 demandes et la Suède 75 100.

Mais l'Italie ne dispose que de 30 000 places dans ses structures d'accueil classiques, selon la fondation Migrantes.

La capacité a été doublée grâce à un programme incitant à convertir hôtels, résidences de vacances ou maisons de retraite en échange de 30 euros par jour et par demandeur d'asile, qui a fait fleurir un nouveau secteur d'activité décrié pour son opacité et ses investisseurs peu scrupuleux.

Parallèlement, les organisations catholiques comme Caritas ou Migrantes hébergent aussi 20 000 migrants.

La Grèce est également confrontée à ces problèmes, avec l'arrivée de plus de 700 migrants ces derniers jours, Syriens et Africains, dont 500  sur la seule île de Lesbos en mer Égée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer