Détournement: le suspect portait un chandail du Canadien de Montréal

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Associated Press
MONTRÉAL

Le passager d'un avion en provenance de l'Ukraine arrêté vendredi pour avoir prétendu à tort qu'il y avait une bombe à bord afin de détourner l'appareil vers Sotchi, en Russie, portait un chandail du Canadien de Montréal.

L'avion a dû être escorté par un F-16 jusqu'à sa destination prévue, Istanbul, en Turquie.

Les photographies de l'individu le montrent, sourire aux lèvres, et portant un chandail numéro 11 du Canadien.

Le passager d'un avion en provenance de l'Ukraine... (PHOTO BULENT KILIC, AFP) - image 2.0

Agrandir

PHOTO BULENT KILIC, AFP

Les autorités turques ont indiqué que l'homme avait été légèrement blessé durant son arrestation, qui n'avait toutefois nécessité aucune arme. L'individu n'avait pas d'explosifs sur lui.

Les 109 passagers ont été évacués sans problème.

Selon les autorités, l'homme voulait faire libérer les manifestants anti-gouvernement emprisonnés dans son pays.

Le ministre turc des Transports a laissé entendre que l'individu, identifié par les médias turcs comme étant Artem Hozlov, aurait agi seul et n'avait pas de liens avec des groupes terroristes.

Maxim Lenko, le chef des services d'enquête des forces de sécurité ukrainiennes, soutient de son côté que le résident de Kharkov voulait détourner l'avion vers Sotchi, où les présidents russe et ukrainien Vladimir Poutine et Viktor Ianoukovitch se rencontraient en marge des Jeux.

«Le passager a réclamé la libération des »otages« en Ukraine», a-t-il dit, en faisant référence aux gens arrêtés dans le cadre des manifestations contre le pouvoir de Kiev. «Dans le cas contraire, il menaçait de faire sauter l'appareil.»

La chaîne de télévision privée turque NTV a cité un passager selon qui le présumé pirate de l'air réclamait non seulement la libération des prisonniers politiques en Ukraine, mais également celle de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko, qui est la principale opposante politique du président Ianoukovitch et qui purge actuellement une peine d'emprisonnement de sept ans pour abus de pouvoir.

L'incident s'est produit alors que se déroulait la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi.

Le pirate de l'air aurait voulu «sauver» Ianoukovitch

L'Ukrainien qui a tenté de détourner un avion sur Sotchi, semblait «perturbé» et a dit vouloir «sauver» le président Viktor Ianoukovitch, «otage», selon lui, de son homologue russe Vladimir Poutine, a indiqué samedi à l'AFP un responsable régional de Kharkiv qui le connaissait.

Le pirate de l'air présumé Artem Kozlov «devrait être examiné par des psychiatres», a estimé Ivan Vartchenko, conseiller régional de Kharkiv et membre du parti d'opposition Batkivchtchina (Patrie).

Reconnaissant le connaître, M. Vartchenko a raconté que Kozlov, diplômé de l'Université aéro-spatiale de Kharkiv et travaillant comme designer de pages internet, a eu ces temps derniers un «comportement pas tout à fait normal».

À la veille de sa tentative de détournement d'un avion turc entre Kharkiv et Istanbul, il a dit à plusieurs personnes, dont M. Vartchenko, que le président ukrainien était «otage» du président russe et qu'il était indispensable de le «sauver», a poursuivi le conseiller régional.

«On ne parvenait pas à le calmer, mais personne ne s'attendait à ce qu'il soit capable d'aller jusqu'à tenter de détourner un avion», a-t-il ajouté.

Arrêté vendredi soir par la police turque à l'atterrissage de l'appareil à Istanbul, Kozlov était interrogé samedi sur ses motivations et sur l'existence d'éventuels complices. Ni explosifs ni armes n'ont été retrouvés à bord de l'avion. Selon les récits de passagers, l'Ukrainien avait tenté sans succès d'entrer dans le poste de pilotage, affirmant avoir une bombe et demandant que l'appareil se dirige vers Sotchi, au moment même où s'y ouvraient les JO d'hiver.

Selon les services spéciaux ukrainiens et turcs, il aurait demandé aussi «la libération de tous les otages en Ukraine» - autrement dit des manifestants arrêtés lors des heurts du mois dernier.

Les services ukrainiens SBU ont également cité une phrase attribuée à Kozlov, dans laquelle il aurait affirmé à bord de l'avion que «Poutine et Ianoukovitch avaient du sang sur les mains».

- AFP




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer