GB: quatre soldats américains se tuent dans un accident d'hélicoptère

Un deuxième Pave Hawk du même type, qui... (PHOTO TOBY MELVILLE, REUTERS)

Agrandir

Un deuxième Pave Hawk du même type, qui était impliqué dans la même mission d'entraînement, a été le premier à se poser sur les lieux de l'accident.

PHOTO TOBY MELVILLE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Londres

Une enquête a été lancée et une zone de sécurité mise en place autour du lieu où un hélicoptère de l'armée américaine s'est écrasé mardi soir dans une réserve naturelle de l'est de l'Angleterre, causant la mort de ses quatre occupants.

L'appareil, un Pave Hawk HH-60G de l'US Air Force qui dispose d'une base sur un site de la Royal Air Force (RAF) à Lakenheath, s'est écrasé lors d'un entraînement dans une zone marécageuse, à Cley-next-the-Sea (Norfolk) vers 19 h (14 h à Montréal) alors qu'il volait à basse altitude.

L'armée américaine a indiqué que les quatre membres de la US Air Force à bord de cet appareil dérivé du fameux Blackhawk, et spécialisé dans les missions de sauvetage, avaient été tués.

La police britannique a précisé avoir établi une zone de sécurité autour des lieux de l'accident, où des munitions à bord de l'hélicoptère ont été disséminées.

«Ce sont des balles, mais elles sont éparpillées (...) donc le site est dangereux pour les promeneurs et les gens qui viennent habituellement ici observer les oiseaux», a déclaré un haut responsable de la police du Norfolk, Bob Scully, lors d'un point de presse.

Il a ajouté que les corps des victimes seraient «dès que possible» retirés des lieux, une fois que le coroner, officier britannique responsable d'enquêter en cas de décès, aurait fini ses examens.

Il a indiqué que le site de l'accident - «un terrain difficile et marécageux, environ de la taille d'un terrain de football» - était couvert de débris.

Les enquêteurs de la police britannique passeront le relais aux équipes d'enquêteurs militaires britanniques et américains dans la journée.

«Ils mèneront une enquête d'un caractère plus technique qui pourrait durer assez longtemps», a ajouté Bob Scully.

Un deuxième Pave Hawk du même type, qui était impliqué dans la même mission d'entraînement, a été le premier à se poser sur les lieux de l'accident, a ajouté le policier.

Des commerçants vivant à proximité du site de l'accident, Peter et Sue McKnespiey, étaient en train de regarder la télévision mardi soir quand ils ont entendu un hélicoptère «arriver très vite et très bas».

«Je ne m'y connais pas en moteurs, mais je suis habituée au bruit des hélicoptères et celui-là était très lourd et très inhabituel», a décrit Mme McKnespiey.

Bernard Bishop, un gardien de la zone naturelle du Norfolk habitant à Cley près des lieux de l'accident a souligné que l'environnement compliquait le travail des sauveteurs et des enquêteurs.

«Les conditions sont très difficiles parce que le marais a été inondé à deux reprises ces dernières semaines», a-t-il indiqué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer