JO-2014: la question «gaie» exagérément gonflée, dit la Russie

Un militant pose avec un drapeau gai sur... (PHOTO Alexander Demianchuk, REUTERS)

Agrandir

Un militant pose avec un drapeau gai sur lequel il est inscrit «Ceci propage la tolérance», début août, à Saint-Pétersbourg.

PHOTO Alexander Demianchuk, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La question de la loi russe «antihomosexuel» durant les Mondiaux d'athlétisme de Moscou a été exagérément gonflée par les médias occidentaux, avec les JO-2014 de Sotchi en ligne de mire, a accusé dimanche le ministre russe des Sports, Vitaly Mutko.

La vedette russe de la perche Yelena Isinbayeva avait tenté vendredi de minimiser la polémique provoquée par ses déclarations contre les homosexuels qui ont suscité de vives critiques d'ex-athlètes et de militants de la communauté homosexuelle, relayées par les médias en Occident, tandis que des médias russes prenaient la défense d'Isinbayeva.

«Je crois que les médias occidentaux accordent une attention beaucoup plus grande à cette loi que nous en Russie», a déclaré M. Mutko lors de la conférence de presse de clôture des championnats du monde d'athlétisme.

Une loi russe promulguée en juin par le président Vladimir Poutine interdit la «propagande» homosexuelle devant des mineurs, un comportement désormais passible d'une peine d'amende et de prison. Ce texte, jugé discriminatoire par beaucoup de défenseurs des droits de l'homme, a suscité des appels au boycottage des JO d'hiver de Sotchi, nombre de militants redoutant que la loi ne soit utilisée pour réprimer les homosexuels.

«J'ai eu à répondre à cette question à plusieurs reprises ces derniers jours, et je répète une nouvelle fois que cette loi ne prive personne de ses droits», a déclaré M. Mutko.

«Je n'ai pas eu connaissance d'un seul incident ici. Ce problème est une invention. Il n'y a pas d'interdiction des relations (sexuelles) non traditionnelles», terme utilisé en Russie pour désigner les relations de même sexe, a souligné M. Mutko.

Alcool, drogue et homosexualité

Il a également réaffirmé qu'il n'y aurait aucune discrimination pendant les JO de Sotchi, en février 2014. «Les droits des athlètes qui participeront aux jeux Olympiques d'hiver seront garantis, comme ce fut le cas à Moscou» pendant les Mondiaux d'athlétisme, a insisté M. Mutko.

Le ministre a insisté sur le fait que la loi controversée ne se limitait pas à l'interdiction de la «propagande» homosexuelle, mais visait aussi à protéger la jeunesse contre la consommation d'alcool et de drogue.

«Cette loi concerne la protection des jeunes générations dont le psychisme ne s'est pas encore formé, avant qu'elles n'atteignent la maturité», a expliqué M. Mutko.

«Il s'agit de les protéger contre l'alcool, la drogue et les relations sexuelles non traditionnelles. Cette loi vise seulement à protéger les droits des enfants et non pas à priver quiconque de ses droits», a-t-il dit.

M. Mutko a estimé que les athlètes présents à des compétitions majeures étaient là pour participer aux épreuves et non pour autre chose: «J'espère que les athlètes viennent pour les compétitions. Ils n'ont pas de temps pour faire autre chose dans la mesure où ils s'entraînent matin et soir, et participent aux épreuves», a conclu le ministre russe.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Libertés en péril en Russie

    Droits des homosexuels

    Libertés en péril en Russie

    À six mois des Jeux olympiques de Sotchi, les appels au boycottage se multiplient dans le monde pour protester contre l'adoption d'une loi prohibant... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer