Le maire d'Athènes attaqué par un député néonazi

Le maire d'Athènes Georges Kaminis (ci-dessus) a été... (PHOTO ANGELOS TZORTZINIS, AFP)

Agrandir

Le maire d'Athènes Georges Kaminis (ci-dessus) a été pris à partie par le député néonazi Yorgos Germenis.

PHOTO ANGELOS TZORTZINIS, AFP

Partager

Agence France-Presse
Athènes

Un député du parti néonazi Aube dorée s'en est pris jeudi au maire d'Athènes, qui avait fait interdire dans la matinée une distribution de nourriture gratuite réservée aux seuls Grecs organisée par ce parti dans le centre d'Athènes, et jugée «raciste et illégale», selon une source policière.

Le député Yorgos Germenis a insulté le maire d'Athènes Georges Kaminis dans un bâtiment municipal où se tenait une manifestation municipale à l'occasion de la Pâque orthodoxe fêtée cette année le 5 mai, selon la même source.

Selon certains médias, le député a tenté de frapper le maire et en manquant le coup, il a légèrement blessé un enfant.

Selon des images diffusées par la télévision Mega, deux gardes municipaux ont réussi à immobiliser M. Germenis au moment où il allait physiquement attaquer le maire, en lui demandant l'arme qu'il portait à la ceinture.

L'incident s'est produit deux heures après que les forces anti-émeutes eurent fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser plusieurs dizaines de membres du parti néonazi, arrivés avec un camion sur la place Syntagma en contrebas du Parlement, pour distribuer de la nourriture «aux seuls Grecs».

Étaient également présents trois députés du parti Aube dorée, dont le porte-parole Ilias Kassidiaris, qui s'était fait remarquer en juin 2012 en frappant au visage une députée de gauche, et en jetant un verre d'eau sur une autre, durant une émission télévisée.

Le maire a qualifié cette manifestation «d'arbitraire, raciste et illégale» et indiqué que le parti n'avait pas demandé d'autorisation pour la mener.

«La place Syntagma (de la Constitution en grec, NDLR) a une valeur symbolique pour la démocratie (...), je veux remercier la police pour son intervention (...)»,  a déclaré M. Kaminis.

«La logique du gros bras et de la violence a été vaincue (...). Cette violence a été exprimée deux fois aujourd'hui, malheureusement même par un député (...)», a-t-il ajouté.

La police est en train de constituer un dossier judiciaire contre certains des membres d'Aube dorée, qui ont «tenté de conquérir un espace public», ainsi que pour «menaces» et «insultes» contre les forces de l'ordre, a-t-on précisé de source policière.

Entré pour la première fois au parlement en juin 2012, avec 7 % des voix et 18 députés, le parti Aube dorée, qui affiche un discours xénophobe et antisémite, est impliqué dans de nombreux cas de violences contre les migrants en Grèce.

L'an dernier, le parti avait distribué de la nourriture sur la place Syntagma à ceux qui montraient une carte d'identité grecque, insultant les immigrés qui passaient, suscitant de vives réactions des partis de gauche et d'ONG.

Le Parlement a levé en octobre l'immunité parlementaire de M. Germenis et de son collègue Panayiotis Iliopoulos après que ces deux députés ont été accusés de destruction de biens d'autrui suite à des attaques contre des vendeurs immigrés sur un marché près d'Athènes.

str-hec/im/abk

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer